Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOURCES:

http://www.bib-arch.org

http://www.biblos.com

http://www.jw.org

http://www.toutankharton.com

http://www.histoire-archeologie.comm

Recherche

Archives

2 janvier 2006 1 02 /01 /janvier /2006 19:57

Pourquoi reconnaître ses erreurs?

 

DANS toute l’histoire militaire on n’avait jamais vu une chose pareille. Une femme sans arme fait reculer 400 soldats rompus au combat et décidés à venger un affront. Le chef de ce détachement a renoncé à sa mission après avoir entendu les supplications de cette femme courageuse.

 

Ce chef était David, qui est devenu plus tard roi d’Israël. Il a écouté Abigaïl parce qu’il voulait plaire à Dieu. Celle-ci a expliqué avec tact à David qu’en se vengeant de son mari Nabal, il se rendrait coupable de meurtre. David s’est alors exclamé: “Béni soit Dieu, Dieu d’Israël, qui t’a envoyée à ma rencontre en ce jour! Et béni soit ton bon sens et bénie sois-tu, toi qui m’as retenu, en ce jour, de m’engager dans le meurtre et de faire intervenir pour mon salut ma propre main!” David remerciait Dieu d’avoir envoyé Abigaïl pour l’empêcher de commettre une grave erreur. — 1 Samuel 25:9-35.

 

Dans un psaume, David a demandé: “Les erreurs — qui peut les discerner?” (Psaume 19:12).

 

À l’exemple de David, nous pouvons avoir besoin que quelqu’un nous aide à prendre conscience de nos erreurs. D’autre part, lorsque nous subissons les conséquences désagréables de nos actions, nous sommes forcés de constater notre manque de discernement, de sagesse ou de bonté.

 

Ne désespérons pas

 

Bien que nous trébuchions tous, il n’y a pas lieu de désespérer. Comme le dit un proverbe: “Il n’y a que celui qui ne fait rien qui ne se trompe pas.” Quant au disciple Jacques, il a déclaré: “Tous, nous trébuchons bien des fois.” (Jacques 3:2).

 

Un enfant pourrait-il apprendre à marcher sans jamais trébucher? Non, car il tire leçon de sa maladresse et il fera de nouvelles tentatives jusqu’à ce qu’il trouve son équilibre.

 

Pour mener une vie équilibrée, il nous faut, nous aussi, tirer leçon de nos erreurs et de celles des autres. Nous nous reconnaissons dans certains personnages dont parle la Bible , ce qui nous aide à ne pas répéter leurs erreurs. Pouvons-nous tirer profit de leur expérience?

 

L’humilité: une qualité essentielle

 

Dieu ne condamne pas systématiquement tous ceux qui commettent des fautes, mais il juge ceux qui refusent de les réparer, s’ils en ont la possibilité. Saül, roi d’Israël, a désobéi en ne détruisant pas les Amalécites, comme l’avait ordonné Dieu. Quand Samuel est venu lui parler, Saül a d’abord minimisé sa faute, ensuite il a essayé d’accuser les autres. Il se souciait plus de protéger sa réputation que de réparer les torts commis. Dès lors, ‘Dieu l’a rejeté pour qu’il ne soit plus roi’. — 1 Samuel 15:20-23, 30.

 

En dépit des graves erreurs qu’il a commises, David, successeur de Saül, a bénéficié du pardon de Dieu parce qu’il a humblement accepté les conseils et la discipline. Son humilité l’a incité à tenir compte des paroles d’Abigaïl. Ses troupes étaient prêtes à livrer bataille. Toutefois, David a admis devant ses hommes qu’il avait pris une décision irréfléchie. Tout au long de sa vie, l’humilité l’a aidé à rechercher le pardon de Dieu et à corriger ses pas.

 

C’est aussi l’humilité qui pousse les serviteurs de Dieu à s’excuser de remarques inconsidérées.

 

 

Soyons prompts à reconnaître nos erreurs

 

 

L'écrivain américain Edgar Poe venait de lire sa dernière nouvelle à quelques-uns de ses amis. Ceux-ci lui ont fait remarquer sur le ton de la plaisanterie qu'il employait trop souvent le nom du héros. Comment Poe a-t-il réagi? Un de ses amis raconte: “Son orgueil ne pouvait supporter une telle critique ouverte. Dans un mouvement de colère, et avant que ses amis puissent l'en empêcher, il jeta tout son manuscrit dans les flammes.” Ainsi a été perdue une histoire terriblement amusante, totalement exempte de la mélancolie (...) habituelle de l'auteur. L'humilité aurait permis qu'elle soit préservée.

 

 

Cet homme n’était pas prêt à reconnaître ses erreurs, c’est pourtant ce que l’on doit faire, et parfois nous devons même présenter des excuses.

 

 

Quand on présente des excuses, celles-ci sont généralement bien accueillies, surtout si on le fait sans attendre. Voici un exemple: Le 31 octobre 1992, le pape Jean-Paul II a reconnu que l’Inquisition avait eu “tort” de condamner Galilée, il y a 360 ans, pour avoir affirmé que la terre n’était pas le centre de l’univers. Toutefois, des excuses aussi tardives ont moins de valeur.

 

Ce principe se vérifie aussi dans les relations humaines. Des excuses présentées sans tarder feront oublier une parole ou une action méchante. Jésus nous a exhortés à faire la paix dans les plus brefs délais: “Si (...) tu apportes ton présent vers l’autel et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton présent devant l’autel et va-t’en; fais d’abord la paix avec ton frère, et alors, quand tu seras revenu, offre ton présent.” (Matthieu 5:23, 24). Souvent, pour rétablir des relations paisibles, il suffit d’admettre que nous avons mal agi et de demander pardon. Plus nous attendons, plus nous aurons de difficultés à le faire.

 

 

Voici quelques citations qui nous aiderons à comprendre encore plus ce qu’est l’humilité :

 

 

Richard Byrd, explorateur des régions polaires, déclara un jour: “Un homme ne commence à atteindre la sagesse que lorsqu'il reconnaît qu'il n'est pas indispensable.” (RV 8/2/59 P. 11)

 

 

Le meilleur moyen de voir la lumière et d'éteindre son cierge. (Thomas Fuller - Médecin et écrivain anglais - 1654-1734 )

 

 

Isaac Newton dit: “Si j'ai vu si loin, c'est parce que je me suis perché sur les épaules de géants.”

 

 

L'humilité prend racine quand l'homme se rend compte qu'il n'est que comme la flamme vacillante d'une bougie mais que Dieu, est plus éclatant de gloire que la clarté du soleil à midi. Tel est le fondement de l'humilité: la prise de conscience de l'infinie majesté de Dieu et de notre petitesse.

 

 

Par ces situations nous comprenons 2 choses :

 

1)     Que nous devons être suffisamment humbles pour reconnaître nos erreurs, mais aussi

 

2)     Que se montrer humble n’est pas non plus faire remarquer aux autres leurs erreurs sans raison valable car être humble ce n’est pas se placer au dessus des autres, mais reconnaître que les autres nous sont supérieurs, or comment montrer que les autres nous sont supérieurs si nous cherchons leurs défauts ou si nous discutons sur des sujets qui sont une affaire de conscience?

 

 

Soyons donc heureux de reconnaître nos erreurs

 

 

 

 

Les exemples de Saül et de David ont bien souligné que notre façon de réagir après avoir commis une erreur peut avoir des conséquences sur notre vie. Saül s’est montré réfractaire aux conseils, il a accumulé les erreurs qui ont finalement provoqué sa mort, privé de la faveur de Dieu. Malgré ses erreurs et ses péchés, David a manifesté du repentir, il a accepté la discipline et il est resté fidèle à Dieu (voir Psaume 32:3-5). N’est-ce pas ce que nous souhaitons?

 

Celui qui reconnaît et répare son erreur, ou se repent d’un péché, reçoit la plus belle des récompenses: la miséricorde de Dieu. “Heureux celui (...) dont le péché est couvert! a dit David. Heureux l’homme au compte de qui Dieu ne porte pas la faute.” (Psaume 32:1, 2). Dès lors, combien il est sage de reconnaître ses erreurs!

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick - dans Pensées Bibliques
commenter cet article

commentaires