Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOURCES:

http://www.bib-arch.org

http://www.biblos.com

http://www.jw.org

http://www.toutankharton.com

http://www.histoire-archeologie.comm

Recherche

Archives

3 janvier 2006 2 03 /01 /janvier /2006 13:21

Finissez-vous ce que vous avez commencé ?

 

 

LE BONHEUR de l’homme dépend dans une large mesure de ses réalisations. Celui qui décide d’apprendre à jouer d’un instrument de musique et qui étudie jusqu’à ce qu’il y réussisse ressentira une grande joie. Celui qui abandonne aussitôt après avoir commencé ne connaîtra jamais cette joie.

 

 

Ceci est également vrai des arts manuels : menuiserie, mécanique, couture, ou des activités intellectuelles, telles que l’étude d’une langue étrangère ou des mathématiques. Toute entreprise, tâche assignée ou besogne, quelle qu’elle soit, vous procurera du plaisir et de la satisfaction si vous la menez à bonne fin.

 

 

Toutefois, quand il s’agit d’achever ce qui est commencé, nous avons tous certaines tendances à surmonter ou à vaincre.

 

 

réside le problème

 

 

Par exemple, pendant les toutes premières années de notre existence, notre pouvoir de concentration est très limité. Même lorsqu’il joue, un petit enfant ne garde pas très longtemps l’esprit fixé sur quelque chose ; il est vite distrait.

 

 

À mesure qu’un enfant grandit, son pouvoir de concentration se développe. Mais dans une large mesure il est nécessaire de le cultiver. L’effort en vaut la peine, parce qu’il peut transformer une étude pénible et fastidieuse en une activité agréable.

 

 

Pour développer la faculté de se concentrer, il est indispensable de surmonter l’impatience, qui est l’un des traits caractéristiques de l’enfance. En général, les enfants veulent les choses TOUT DE SUITE ! Et quand après quelques tentatives ils ne réussissent pas à réaliser ce qu’ils avaient l’intention de faire, ils sont généralement prêts à abandonner. Si vous reconnaissez qu’il faut beaucoup de temps et d’efforts pour accomplir quelques-unes des choses les plus importantes de la vie, vous ne serez pas enclins à renoncer facilement.

 

 

Et pour ne pas renoncer rapidement il faut de la PERSEVERENCE.

 

 

 

 

Il y a 3 Points à considérer pour être persévérant.

 

 

 

 

1)     1 Cor 9 :24, 26 :

 

 

 

 

26 Voici donc de quelle façon je cours :je ne cours pas à l’aventure ; voici de quelle façon je dirige mes coups : je les dirige de façon à ne pas battre l’air

 

 

 

 

Il est donc indispensable que nous sachions clairement ce que nous voulons accomplir et pourquoi.

 

 

 

 

24 Ne savez-vous pas que les coureurs, dans une course, courent tous, mais qu’un seul reçoit le prix ? Courez de manière à l’obtenir.

 

 

 

 

Comment courir la course qui mène à la vie éternelle ? Nous devons nous représenter mentalement notre destination ultime, c’est à dire notre objectif, notre ligne d’arrivée.

 

 

 

 

2)     Autre point à considérer pour être persévérant : Luc 14 :28

 

 

 

 

Par exemple, lequel d’entre vous qui veut bâtir une tour ne s’assoit d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer ?

 

 

 

 

Analyser comment atteindre notre objectif spirituel et tirer profit des échecs.

 

 

 

 

On notera cette observation d’un spécialiste de la santé mentale : « Les gens qui réussissent comprennent que s’ils veulent quelque chose, ils doivent se donner tous les moyens de l’obtenir.

 

 

Beaucoup de jeunes gens abandonnent une tâche avant qu’elle ne soit finie parce qu’ils se découragent. Leur entreprise leur paraît plus difficile qu’ils ne le pensaient. D’autre part, des difficultés ou des obstacles imprévus, voire imprévisibles, peuvent parfois surgir. Que faire alors ?

 

 

Il est facile de renoncer. Mais c’est dans une telle situation que l’on montre réellement ce que l’on est.

 

 

Si, dans les difficultés, vous vous laissez envahir par des pensées négatives et pessimistes, vous n’aurez plus la force de persévérer. Dans Proverbes 24:10, il est écrit : “Si tu perds courage au jour de la détresse, ta force est mince.” Envisagez plutôt la situation comme une gageure. Relevez le défi en vous mettant au travail avec plus d’ardeur et en y accordant plus de temps et de réflexion. Les gageures peuvent rendre la vie intéressante à condition de les accepter. En surmontant les obstacles, vous acquerrez une plus grande confiance en vous-même et vous apprendrez à vous tirer d’affaire. Vous serez alors en mesure d’entreprendre d’autres tâches avec plus d’assurance et de plaisir.

 

 

Évitez donc de développer la mauvaise habitude consistant à abandonner pour la raison qu’il devient difficile de poursuivre une tâche. Sans quoi, la prochaine fois que des problèmes surgiront vous aurez tendance à faire de même, à vous “avouer vaincu”, à abandonner. Si vous luttez pour empêcher la formation d’une habitude, votre vie ne deviendra pas une suite d’échecs et de projets irréalisés.

 

 

 

 

 

 

3)     Encore un point à considérer pour être persévérant : Philippiens 3 :16

 

 

 

 

Quoi qu’il en soit, dans la mesure où nous avons fait des progrès, continuons à marcher de manière ordonnée dans la même direction.

 

 

 

 

Nous avons ici l’exemple de la fable du ‘Lièvre et la Tortue ’. 

 

 

Pourquoi la tortue beaucoup plus lente que le lièvre, a-t-elle quand même remporté la course ?

 

 

Elle était régulière et disciplinée ; elle n’a pas renoncé, mais elle a adopté une allure qu’elle pouvait réalistement garder, et s’y est tenue jusqu’à ce qu’elle passe la ligne d’arrivée.

 

 

 

 

Donc, une personne organisée et régulière fait des progrès continus, elle reste motivée, donc moins susceptible de renoncer ou d’être éliminée.

 

 

 

 

On peut prendre une autre fable comme exemple : La grenouille et le pot a lait.

 

 

Deux grenouilles dans un pot de lait essaient de remonter à la surface. L'une se laisse mourir l’autre pas, elle réagit : elle bat des pattes si fort que le lait se transforme en beurre si bien qu’elle peut se sauver.

 

 

 

 

Néanmoins, dans certains cas il est sage de ne pas achever ce qu’on a commencé. Pourquoi ? Parce qu’il arrive que l’idée ne soit pas bonne au départ.

 

 

Le but peut être mauvais, incompatible avec les de la Parole de Dieu.

 

 

Par contre, il se peut que le but ne soit pas mauvais en soi, mais est-il raisonnable pour ce qui vous concerne ? Mérite-t-il le temps et les efforts que sa réalisation exigera de vous ? Avez-vous de bonnes raisons de croire que vous pourrez l’atteindre ?

 

 

Voyez quels sont les avantages et les inconvénients. Demandez à d’autres, leur avis. Profitez de leur expérience. La Bible est une source remarquable de conseils sages et pratiques. Le roi Salomon, par exemple, s’est appliqué à rechercher tout ce qu’un homme peut désirer dans la jouissance des choses matérielles, et voici sa conclusion : Tout est “poursuite du vent”. Pourquoi devrions-nous suivre une voie semblable dépourvue d’intérêt ? — Eccl. 2:3-11 ; cf. I Timothée 6:17-19.

 

 

La certitude d’avoir un but qui vaille réellement la peine vous incitera à ne pas renoncer. Il est également important de chercher comment l’atteindre. Quels moyens ou méthodes allez-vous employer ?

 

 

 

 

Dieu estime ceux qui persévèrent

 

 

 

 

La Bible montre que Dieu s’attend à ce que ses serviteurs fassent preuve de détermination et de persévérance. Pensez à Noé. L’arche qu’il construisit avec le concours de ses fils était un bâtiment comportant trois étages, qui avait la forme d’un coffre, et était une fois et demie plus long qu’un terrain de football. Il ne s’agissait donc pas d’une occupation pour les week-ends. Mais parce qu’il persévéra jusqu’à l’achèvement de sa construction, il survécut avec sa famille au déluge, et nous, ses descendants, nous sommes en vie aujourd’hui.

 

 

 

 

 

Soyez en donc certains, la réussite vous appartient si vous persévérez dans vos efforts pour connaître Dieu et sa volonté et mettre en pratique ce que vous apprenez.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick - dans Pensées Bibliques
commenter cet article

commentaires