Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOURCES:

http://www.bib-arch.org

http://www.biblos.com

http://www.jw.org

http://www.toutankharton.com

http://www.histoire-archeologie.comm

Recherche

Archives

5 janvier 2006 4 05 /01 /janvier /2006 18:07

Un jour il y avait une conférence des outils du charpentier. Après le départ du Maître charpentier, une controverse, un mécontentement est survenu au sein de cet atelier. Pour remettre de l'ordre le chef d'atelier, frère marteau frappa fort sur l'établi, prit une chaise, et donna l'ordre de convoquer tous les frères outils.

Ouvrant le débat il dit: “Il est parvenu à ma connaissance qu'il y a des plaintes parmi vous frères outils. C'est pourquoi je pense que ce serait judicieux de discuter ouvertement et ensemble de ces différents entre nous. Allons écoutons vos plaintes frères outils! Quelle est ta plainte frère scie?

Le frère scie se lève au milieu de l'assistance et déclare: “Moi j'ai contre le frère crayon quelque chose: il m'agace et m'énerve. Il est si petit que chaque fois qu'on a besoin de lui pour le service, il est pratiquement impossible de le trouver! Ou alors si on le trouve, il est toujours mal taillé de sorte qu'il fait un mauvais travail de traçage. Evidemment s'il veut être plus utile il faut qu'il accepte de se laisser tailler pour le service; dit frère scie avec fureur.”

Le petit frère crayon se lève timidement et réponds: “Oui c'est vrai je suis mal taillé et fais un mauvais travail de traçage. Mais je ne suis pas au moins comme le frère vilebrequin et toute sa famille de petites mèches! Peut-être que je suis lent dans le service, mais eux ils marchent toujours en rond sans s'occuper de personne. Quels égoïstes. Ils me déçoivent.”

Le frère vilebrequin se lève ainsi que toute sa famille de mèches et réponds: “Oui, nous, nous le savons bien, nous avons la réputation de tourner toujours en rond, mais nous ne sommes pas comme frère rabot. Lui il faut toujours le pousser pour le service et il travaille toujours qu'en surface. Chez lui, il n'y a pas de profondeur dans son travail, pas comme le nôtre!” Sur cette remarque vexatoire, tous les outils commencent à se regarder les uns les autres sur la déclaration à propos de frère rabot.

A ce moment précis frère rabot se lève et demande la parole. Tous les yeux sont fixés sur lui. Chacun attend ce qu'il va dire pour sa défense. “Frère je sais que je ne suis pas le seul qu'il faut pousser pour accomplir son service. j'avoue qu'il n'y a pas de profondeur dans mon travail, mais tout de même, vous n'allez pas me comparer à frère papier de verre, qui lui est pire dans le genre. Quel maniaque, quand on lui confie un travail il met un temps infini. De plus, c'est un nouveau dans le service, il n'accepte pas facilement les conseils: qu'est-ce qu'il est rugueux. Je n'aime pas le fréquenter; il est toujours en train d'égratigner quelqu'un qui s'approche prés de lui. Ca fait mal à la fin. Moi je ne peux pas comprendre comment il arrive à un résultat avec une telle mentalité.”

Frère papier de verre bondit hors de lui et s'écrie: “Il est jaloux frère rabot parce que j'obtiens de meilleurs résultats que lui dans le service!” Tous les frères outils semblent être contre frère papier de verre. Dans ce brouhaha frère papier de verre déclare: “Je porte plainte contre frère mètre; lui il me fait sortir de mes gonds. Il est toujours en train de mesurer si tout est conforme aux règles du système métrique, comme si à lui tout seul il avait raison.

De remarques méchantes en remarques désobligeantes, tout va mal au sein de la conférence des outils du charpentier. Même le frère niveau est pris à partie, pourtant lui toujours ponctuel si pondéré, si juste et équilibré.

Au beau milieu de cette controverse certains frères en viennent à penser qu'ils ne sont pas utiles et qu’il serait bien qu'ils partent de la pièce où ils sont rassemblés.

 

Sur ce qui entre dans l'atelier? Mais bien sur le Maître lui-même: le charpentier de Nazareth. oui vous le savez son père lui a demandé de lui construire une maison où habitera une foi éternelle dans les desseins de son père. Même ils y résideront pour l'éternité. mais voilà cette maison n'est pas entièrement achevée, il reste quelques travaux à finir. Pour cela le père et le fils d'un commun accord utilisent: le marteau, le crayon, la scie, le vilebrequin, le rabot, le papier de verre, le niveau et tous les autres outils du charpentier.

Tout à coup le père, le visage doux, apparaît dans l'encadrement de la porte, il exprime sa grande joie de voir que son fils à mener à termes l’œuvre. “Mon fils comment as-tu fais? Quelle belle œuvre! Tu me fais honneur, embrasse moi je t'en prie.” Alors le fils lui répondit: “Oh père, j'ai simplement utilisé les outils que tu m'as confiés. Tu vois je les aime tous sans exception. Tu sais j'ai payé un bon prix, ils m'ont coûtés très cher, mais j'y tiens beaucoup. Chacun d'entre eux à sa valeur et son utilité.

Tiens regarde frère marteau là-bas, il est très utile pour démolir et rebâtir. Il est aussi très efficace dans le service, parce qu'il frappe sur la tête des clous, il travaille très dur.

Et ici la scie bien affilée, ses dents dans le service vont et viennent et font du bon travail, elle aussi est efficace.

Je suis très content d'avoir le crayon même s'il n'est pas très grand. de temps à autre je le taille tout comme j'affûte les autres outils pour qu'ils soient plus efficaces dans leur fonction; il est très pratique pour corriger et marquer le travail accompli.

Père ici il y a un autre dont je ne pourrais me passer. C'est le vilebrequin et sa famille de petites mèches. Ils savent aller en profondeur de toute chose. De plus ils laissent un chemin pour ceux qui veulent continuer à fortifier, à poursuivre le service. Regarde le rabot, il travaille toujours en douceur, il n'en prend jamais plus qu'il n'en peut surmonter, il est très souple dans le service pour surmonter les obstacles.

Et celui-là, le niveau, il est très utile pour son équilibre en toute chose.

“Comment trouves-tu ces outils?” dit le père. “Je te remercie pour tous les outils que tu m'as confiés! dit le fils du grand charpentier. Chacun à une utilité indiscutable.

Tiens pense à frère marteau travaillant avec la famille pointes, quelle besogne ils abattent ensemble. La famille pointes à l'art de toucher le coeur. Le frère mètre est capable de faire face à des circonstances multiples avec bon sens et son service est précis. Frère papier de verre lui fignole son travail et ce qu'il donne est d'excellente qualité. Tu vois père, dit le fils, je ne vois pas lequel d'entre eux est inutiles. Tous me rendent un excellent service. Grâce à eux j'ai été en mesure d'accomplir ce que tu m'as commandé: ta maison. Je te suis très reconnaissant d'avoir pourvu à tous ces outils.”

 

Les outils tous émus après le départ du fils du charpentier et de son père se réjouissent de savoir que chacun d'entre eux soit utiles en vue de l'achèvement de cette maison. Chacun se félicite de son bon travail.

Alors frère marteau se lève de nouveau pour la deuxième fois au milieu de ses frères outils et conclut avec amour et délicatesse: “Même imparfaits, nous sommes chéris du père et du fils. Qu'importe notre façon personnelle de voir les choses, petits ou grands, nouveaux ou anciens, nous sommes tous au service du même Maître qui se complaît en nous, pour l'édification de la maison de la foi. Gloire soit rendue à notre Dieu si bon et à son fils Jésus de nous utiliser en vue de l'accomplissement de sa volonté suprême!”

 

            C’est la même chose dans l’église : Chacun est comme un outil différent, avec ses qualités et ses défauts... ne voyons donc pas seulement les défauts de nos frères et sœurs mais leurs qualités sachant que chacun a son rôle à jouer et est indispensable à la construction de la maison de Dieu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Yannick - dans Pensées Bibliques
commenter cet article

commentaires