Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SOURCES:

http://www.bib-arch.org

http://www.biblos.com

http://www.jw.org

http://www.toutankharton.com

http://www.histoire-archeologie.comm

Recherche

Archives

27 février 2006 1 27 /02 /février /2006 15:05

TOUT au long de l’histoire humaine les religions se sont servies d’emblèmes. Dans la littérature et dans l’art religieux on retrouve souvent des étoiles, des croissants de lune, des poissons, des dragons et des gargouilles.

 

 

Les chrétiens ont-ils un emblème ? Vous pensez peut-être à la croix. Mais que dire du poisson qui apparaît sur certains objets que l’on a associés aux chrétiens ? N’ont-ils pas encore d’autres emblèmes ?

 

 

Voyons d’abord la croix. Beaucoup de traductions des Écritures chrétiennes en français appellent “croix” l’instrument sur lequel on a cloué Jésus (Phil. 2:8, Bible de Jérusalem). Était-ce bien une croix ?

 

 

Le Dictionnaire impérial de la Bible (angl.) dit : “Le mot grec stauros, que l’on traduit par croix, signifie à proprement parler ‘poteau’ ; c’est un pieu dressé, un pal, un gibet, ou un piquet que l’on enfonce dans le sol. (...) Même chez les Romains, la crux (dont dérive notre mot croix) devait être à l’origine un poteau droit.” Il est vrai qu’en certains endroits ces mots désignent des objets en forme de croix, et dans tous ces cas le contexte décrit une croix. Mais au départ, ni le stauros grec ni la crux latine n’avaient ce sens.

 

 

D’autre part, la Bible utilise le mot grec xylon pour désigner l’instrument sur lequel Jésus est mort. Le dictionnaire de Liddell et Scott dit que ce mot signifie “bois (...) II. Baguette ou morceau de bois (...) III. Plus tard, arbre”. La Bible Segond rend ce mot par “bois”, par exemple dans Actes 5:30, où nous lisons : “Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous avez tué, en le pendant au bois.” — Voir aussi Actes 13:29 ; Galates 3:13 ; I Pierre 2:24, dans Segond.

 

 

Mais n’y a-t-il pas des écrivains du début de notre ère qui disent que Jésus est mort sur une croix ? Justin le Martyr (114-167 de notre ère) décrivit comme suit l’instrument sur lequel, d’après lui, Jésus était mort : “La première poutre est placée à la verticale, avec une branche qui dépasse lorsque la seconde est fixée dessus ; les deux branches de celle-ci sont réparties symétriquement de chaque côté, donnant ainsi l’impression d’être montée sur la première par assemblage.” Cette description indique que Justin croyait, lui aussi, que Jésus était mort sur une croix.

 

 

Mais Justin n’était pas inspiré de Dieu comme le furent les rédacteurs de la Bible. Quand il est né, cela faisait quatre-vingts ans que Jésus était mort, et il n’avait pu voir comment il avait été exécuté. D’après ce qu’on sait, Justin suivait la description d’un ouvrage antérieur intitulé la “Lettre de Barnabas”. Cet ouvrage apocryphe prétendait que, d’après la Bible , Abraham aurait circoncis trois cent dix-huit hommes de sa maisonnée. Ensuite il en tirait une déduction à partir des lettres I, H et T avec lesquelles s’écrit le chiffre 318 en grec. Il disait que le I et le H représentaient les deux premières lettres du nom de Jésus, en grec, et que le T indiquait la forme de l’instrument sur lequel il était mort.

 

 

À ce sujet, l’Encyclopédie de M’Clintock et Strong (angl.) fait le commentaire suivant : “Il semble que l’auteur ne connaissait pas les Écritures hébraïques. De plus, il a commis la bourde de supposer qu’Abraham, connaissait l’alphabet grec plusieurs siècles avant son apparition.” Dans la version anglaise de cette “lettre de Barnabas”, le traducteur fait remarquer qu’elle “fourmille d’inexactitudes” et “d’interprétations absurdes et insipides des Écritures”, ainsi que “de fanfaronnades stupides sur la connaissance supérieure dont se targue l’auteur”. Allez-vous faire confiance à ce genre d’écrivain ou à ses adeptes pour recueillir des informations exactes sur le type de poteau sur lequel Jésus est mort ?

 

 

Il a fallu attendre le quatrième siècle de notre ère pour que la croix devienne un emblème populaire dans la chrétienté. À l’époque, l’empereur Constantin avait adopté le labarum, qui était un drapeau orné de la figure (étendard militaire où figurait une croix). Cependant ce signe ne représente pas le poteau sur lequel Jésus est mort, mais les lettres khi (Χ) et rô (Ρ) superposées. Beaucoup se sont mis à croire que cette figure représentait les deux premières lettres du mot “Christ” en grec (XRristos).

 

 

 

 

The Companion Bible fait le commentaire suivant dans l’appendice 162 sur “La croix et la crucifixion” :

 

 

“Les croix symbolisaient le dieu-soleil à Babylone, et elles sont apparues pour la première fois sur une monnaie frappée par Auguste, l’héritier de César, en 20 avant notre ère. Du temps de Constantin, les pièces portent surtout le signe, mais on rencontre aussi le même emblème sans le cercle qui l’entoure et avec quatre branches égales, se coupant à angle droit ; on le vénérait comme la ‘roue solaire’. Il faut dire que Constantin était un adorateur du dieu-soleil, et qu’il n’est entré dans l’‘Église’ qu’un quart de siècle après avoir eu la vision de la croix dans les cieux. (...) Le Seigneur a été mis à mort sur un poteau droit et non sur deux morceaux de bois placés à angle droit.”

 

 

En outre, Bacchus, le dieu romain de la nature, était parfois représenté ayant sur la tête un bandeau couvert de croix.

 

 

Et le poisson ? On a retrouvé des objets datant du second siècle qui comportaient cette image associée au mot grec ICHTHÝS, qui veut dire poisson. On pense que c’est l’anagramme de l’expression Iêsous CHristos THéou Yios Soter, qui veut dire “Jésus Christ, Fils de Dieu, Sauveur”, en grec. S’agit-il vraiment d’un emblème chrétien ?

 

 

Le Dictionnaire interprétatif de la Bible (angl.) fait remarquer que l’on trouve à maintes reprises le poisson dans le symbolisme païen de l’Antiquité, souvent en dehors de toute scène aquatique. Cet ouvrage note que “dans ces cas-là, il semble avoir un sens symbolique ; il doit représenter quelque chose comme la divinité, la puissance ou la fécondité”.

 

 

Le même ouvrage fait remarquer ensuite que certains Juifs ont emprunté le poisson aux religions païennes, puis il ajoute : “Il est probable que ces considérations expliquent pourquoi le poisson est apparu dans les plus vieilles catacombes chrétiennes. Nous ne savons pas (...) quand on a commencé à interpréter le mot ‘poisson’ (ichthýs) comme cryptogramme de ‘Jésus Christ, Fils de Dieu, Sauveur’ ; mais à la suite de cette interprétation, le poisson s’est généralisé comme emblème chrétien.”

 

 

Pourtant, la Bible ne dit pas que le christianisme serait représenté par des choses visibles. Les chrétiens doivent donc veiller à ne pas adopter d’emblèmes. Jésus a déclaré que, au lieu de choses visibles, “à ceci tous reconnaîtront, que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour entre vous”. — Jean 13:35.

 

 

Les emblèmes religieux ont toujours représenté des cultes non fondés sur la Bible , ce qui explique pourquoi les premiers chrétiens n’en possédaient pas. Il en va de même aujourd’hui, car les chrétiens suivent ce conseil des Écritures : “Nous marchons par la foi, non par la vue.” — II Cor. 5:7.

Partager cet article

Repost 0

commentaires