Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

SOURCES:

http://www.bib-arch.org

http://www.biblos.com

http://www.jw.org

http://www.toutankharton.com

http://www.histoire-archeologie.comm

Recherche

Archives

24 novembre 2006 5 24 /11 /novembre /2006 22:11

JACQUES — POINTS PRINCIPAUX

 

 

 

 

Objet :

 

 

 

 

Lettre qui souligne que la foi doit être démontrée par des œuvres.

 

 

Écrite avant 62 de n. è., plus de huit ans avant la destruction de Jérusalem par les Romains.

 

 

Les chrétiens qui endurent fidèlement les épreuves ont des raisons d’être heureux (1:1-18).

 

 

 

 

Dieu nous donnera généreusement la sagesse nécessaire pour endurer si nous continuons à la demander avec foi.

 

 

Dieu ne nous éprouve jamais par des choses mauvaises ; mais chacun peut être entraîné dans une mauvaise conduite par son propre désir mauvais.

 

 

Tout ce qui vient de Jéhovah est bon.

 

 

 

 

Pour qu’un culte soit agréé par Dieu, il doit s’accompagner d’œuvres justes qui démontrent la foi (1:19–2:26).

 

 

 

 

Rejetez toute méchanceté et acceptez avec douceur la parole de Dieu ; soyez un pratiquant de la parole et pas seulement un auditeur.

 

 

Apprenez à maîtriser votre langue, occupez-vous des orphelins et des veuves, et gardez-vous sans tache du côté du monde.

 

 

Favoriser le riche tout en méprisant le pauvre est une violation de “ la loi royale ” de l’amour.

 

 

Une foi vivante se révèle par des œuvres, comme le montrent les exemples d’Abraham et de Rahab.

 

 

Les enseignants ont une grande responsabilité devant Jéhovah (3:1-18).

 

 

Ils doivent, ainsi que tous les chrétiens, apprendre à maîtriser leur langue.

 

 

Ils y parviendront s’ils manifestent la sagesse d’en haut.

 

 

 

 

Les tendances du monde affecteront nos relations avec Dieu (4:1–5:12).

 

 

 

 

Ceux qui se combattent à des fins égoïstes ou qui condamnent leurs frères doivent se repentir.

 

 

L’amitié pour le monde est inimitié contre Dieu.

 

 

Faire des projets matérialistes sans tenir compte de la volonté de Dieu est de l’arrogance.

 

 

Le jugement divin attend les oppresseurs riches, qui escroquent autrui.

 

 

En attendant le jugement de Jésus Christ, il ne faut pas être impatient ni soupirer sous l’adversité.

 

 

 

 

Pour guérir d’une maladie spirituelle consécutive à un péché, le souffrant devrait demander l’aide des anciens de l’Eglise (5:13-20).

 

 

 

 

Une confession franche du péché et les prières des anciens en faveur du pécheur favoriseront sa guérison spirituelle.

 

 

Ramener un frère qui s’égare, c’est le sauver de la mort spirituelle.

 

 

 

 

UN PIERRE — POINTS PRINCIPAUX

 

 

 

 

Objet :

 

 

 

 

Lettre encourageant les chrétiens à être vigilants et à endurer fidèlement malgré les épreuves.

 

 

Écrite à Babylone par l’apôtre Pierre, qui prit Silvain comme secrétaire, vers 62-64 de n. è.

 

 

 

 

Les chrétiens doivent agir d’une manière digne de leur merveilleuse espérance.

 

 

“ Ceux qui ont été choisis ” reçoivent une espérance vivante, un héritage qui ne peut se corrompre, dans le ciel (1:1-5).

 

 

Ils ont foi en Jésus Christ pour le salut de leurs âmes — chose à laquelle les prophètes d’autrefois, et même les anges, s’intéressaient intensément (1:8-12).

 

 

Par conséquent, les chrétiens doivent mobiliser leurs facultés pour l’action, renoncer à leurs désirs d’autrefois, être saints, se conduire avec crainte de Dieu et manifester l’amour fraternel (1:13-25).

 

 

Ils doivent avoir un ardent désir pour le ‘ lait de la parole ’ afin de grandir pour le salut (2:1-3).

 

 

Ils sont une maison spirituelle, une sainte prêtrise, bâtie sur Christ comme fondement ; par conséquent, ils doivent offrir des sacrifices spirituels agréés de Dieu (2:4-8).

 

 

Formant un peuple destiné à être une propriété particulière, ils annoncent les vertus de leur Dieu et se conduisent d’une manière qui l’honore (2:9-12).

 

 

 

 

Les relations avec les autres humains doivent être fondées sur les principes divins.

 

 

Les chrétiens doivent être soumis aux dirigeants humains, aimer leurs frères, craindre Dieu (2:13-17).

 

 

Les domestiques doivent être soumis à leurs maîtres, même quand ceux-ci ne sont pas raisonnables ; Jésus donna un bel exemple en endurant le mal avec patience (2:18-25).

 

 

Les femmes doivent être soumises à leur mari ; si le mari est non croyant, la belle conduite de sa femme arrivera peut-être à le gagner (3:1-6).

 

 

Les maris doivent assigner de l’honneur à leur femme “ comme à un vase plus faible ”. (3:7.)

 

 

Tous les chrétiens doivent manifester de la sympathie envers leurs semblables, ne pas rendre le mal pour le mal, mais poursuivre la paix (3:8-12).

 

 

La fin de toutes choses s’étant approchée, les chrétiens doivent être sains d’esprit et vigilants en vue des prières, avoir un amour intense les uns pour les autres et utiliser leurs dons pour honorer Dieu (4:7-11).

 

 

Les hommes d’âge mûr doivent mettre de l’ardeur à faire paître le troupeau de Dieu ; les jeunes gens sont tenus de rester soumis aux anciens ; tous doivent faire preuve d’humilité (5:1-5).

 

 

 

 

L’endurance et la fidélité dans la souffrance procurent des bénédictions.

 

 

Les chrétiens peuvent se réjouir même lorsqu’ils subissent des épreuves pénibles, puisque la valeur de leur foi sera rendue manifeste (1:6, 7).

 

 

Ils ne devraient pas souffrir pour avoir commis une mauvaise action ; s’ils souffrent à cause de la justice, ils doivent glorifier Dieu, sans éprouver de honte ; c’est un temps de jugement (3:13-17 ; 4:15-19).

 

 

Christ souffrit et mourut dans la chair pour nous conduire à Dieu ; en conséquence, nous ne vivons plus selon les désirs de la chair, même si des individus charnels parlent de nous en mal parce que nous sommes différents (3:18–4:6).

 

 

Si un chrétien endure fidèlement des épreuves, il participera à de grandes réjouissances lors de la révélation de Jésus ; en outre, il a l’assurance d’avoir dès maintenant l’esprit de Dieu (4:12-14).

 

 

Que chacun s’humilie sous la main de Dieu et rejette sur Lui toute son inquiétude ; que chacun s’oppose à Satan, avec l’assurance que Dieu lui-même rendra forts Ses serviteurs (5:6-10).

 

 

 

 

DEUX PIERRE — POINTS PRINCIPAUX

 

 

 

 

Lettre encourageant les chrétiens à lutter et à s’attacher à la parole prophétique ; elle contient des avertissements énergiques contre l’apostasie.

 

 

Écrite peut-être depuis Babylone vers 64 de n. è.

 

 

 

 

Les chrétiens doivent lutter et faire confiance à la parole prophétique.

 

 

Dieu donne volontiers toutes les choses qui concernent la vie et l’attachement à Dieu ; en retour, les chrétiens doivent lutter pour cultiver la foi, la vertu, la connaissance, la maîtrise de soi, l’endurance, l’attachement à Dieu, l’affection fraternelle et l’amour — qualités qui les rendront actifs et productifs (1:1-15).

 

 

Les chrétiens doivent prêter attention à la parole prophétique divinement inspirée ; lorsque Pierre vit Jésus transfiguré et qu’il entendit Dieu parler dans la montagne, la parole prophétique fut rendue plus certaine (1:16-21).

 

 

 

 

Il faut se garder des faux enseignants et d’autres gens corrompus ; le jour de Jéhovah approche.

 

 

De faux enseignants s’infiltreront dans la congrégation, introduisant des sectes destructrices (2:1-3).

 

 

Jéhovah jugera à coup sûr ces apostats, de même qu’il jugea les anges désobéissants, le monde impie aux jours de Noé, et les villes de Sodome et Gomorrhe (2:4-10).

 

 

Ces faux enseignants méprisent l’autorité, souillent la réputation des chrétiens par leurs excès et leur immoralité ; ils séduisent les faibles et promettent la liberté alors qu’eux-mêmes sont esclaves de la corruption (2:10-19).

 

 

Leur situation est pire maintenant qu’à l’époque où ils ne connaissaient pas Jésus Christ (2:20-22).

 

 

Attention aux moqueurs qui, dans les derniers jours, railleront le message relatif à la présence promise de Jésus ; ils oublient que le Dieu qui a l’intention de détruire ce système de choses a déjà détruit le monde avant le déluge (3:1-7).

 

 

Il ne faut pas confondre la patience de Dieu et la lenteur — Dieu est patient parce qu’il veut que les hommes se repentent ; toutefois, ce système de choses sera bel et bien détruit au jour de Jéhovah, et il sera bel et bien remplacé par de nouveaux cieux et une nouvelle terre justes (3:8-13).

 

 

Les chrétiens doivent faire tout leur possible pour être “ sans tache et sans défaut et dans la paix ” ; ainsi, ils ne seront pas égarés par de faux enseignants, mais ils croîtront dans la faveur imméritée et la connaissance de Christ (3:14-18).

 

 

 

 

UN JEAN — POINTS PRINCIPAUX

 

 

 

 

Vigoureux traité destiné à protéger les chrétiens des influences apostates.

 

 

Écrit par l’apôtre Jean vers 98 de n. è., après la Révélation et peu avant sa mort.

 

 

 

 

Prenons garde aux mensonges propagés sur Jésus.

 

 

La venue de Jésus dans la chair est confirmée par le fait qu’il a été entendu, vu et touché (1:1-4).

 

 

Celui qui nie que Jésus est le Christ est un menteur, un antichrist ; les croyants oints connaissent la vérité et ils n’ont pas besoin d’écouter un enseignement différent (2:18-29).

 

 

Toute parole inspirée qui nie que Jésus Christ est venu dans la chair ne vient pas de Dieu ; beaucoup de faux prophètes sont sortis (4:1-16).

 

 

Celui qui nie que Jésus est le Fils de Dieu rejette le témoignage du Père lui-même au sujet de son Fils (5:5-12).

 

 

 

 

Les chrétiens ne vivent pas dans le péché.

 

 

Si nous fuyons les ténèbres et marchons dans la lumière, le sang de Jésus nous purifie du péché (1:5-7).

 

 

Si nous venons à commettre un péché, nous devons confesser notre faute, et nous serons purifiés grâce au sacrifice de Jésus (1:8–2:2).

 

 

Les chrétiens ne pratiquent pas le péché ; ceux qui pratiquent le péché viennent du Diable ; les enfants de Dieu recherchent la justice et fuient le péché (3:1-12 ; 5:18, 19).

 

 

Les chrétiens sont encouragés à prier pour leur frère qui tombe dans le péché — tant qu’il ne s’agit pas d’un péché “ qui fait encourir la mort ”. (5:16, 17.)

 

 

 

 

L’amour pour Dieu et pour nos compagnons chrétiens nous sauvegardera.

 

 

Celui qui aime son frère marche dans la lumière et ne trébuchera pas (2:9-11).

 

 

S’il veut l’amour du Père, le chrétien doit faire Sa volonté et ne pas aimer le monde ni ses attraits (2:15-17).

 

 

L’amour sincère pour les frères montre qu’on est passé de la mort à la vie ; si nous ne manifestons pas de l’amour envers nos frères en les aidant quand ils sont dans le besoin, il n’y a pas l’amour de Dieu en nous (3:13-24).

 

 

Les chrétiens doivent s’aimer les uns les autres parce que Dieu est amour ; nous l’aimons parce qu’il nous a aimés le premier ; si un chrétien déclare aimer Dieu, mais qu’il haïsse son frère, c’est un menteur (4:7–5:2).

 

 

 

 

DEUX JEAN — POINTS PRINCIPAUX

 

 

 

 

Lettre adressée à “ la dame choisie ” : peut-être une personne ou bien une congrégation.

 

 

Écrite par l’apôtre Jean vers 98 de n. è.

 

 

 

 

Continuons à marcher dans la vérité (v. 1-6).

 

 

Jean et tous les autres qui connaissent la vérité aiment “ la dame choisie ” et ses enfants qui marchent dans la vérité.

 

 

Il l’encourage à continuer de cultiver l’amour.

 

 

L’amour signifie “ marcher selon [les] commandements ” de Dieu.

 

 

 

 

Méfions-nous des trompeurs (v. 7-13).

 

 

Les trompeurs nient que Jésus Christ est venu dans la chair.

 

 

Les chrétiens doivent fuir quiconque ne demeure pas dans l’enseignement de Christ ; ils ne doivent pas recevoir une telle personne chez eux ni même lui adresser de salutation ; autrement ils risquent de participer à ses œuvres méchantes.

 

 

 

 

TROIS JEAN — POINTS PRINCIPAUX

 

 

 

 

Lettre inspirée adressée à Gaïus et qui peut être profitable aux chrétiens.

 

 

Écrite par l’apôtre Jean vers 98 de n. è., à peu près à la même époque que ses deux autres lettres.

 

 

 

 

Nous sommes tenus d’être hospitaliers envers nos compagnons chrétiens (v. 1-8).

 

 

Jean a éprouvé une grande joie quand des frères itinérants lui ont rapporté que Gaïus marchait dans la vérité et lui ont parlé de son amour, qu’il exprimait sans doute en les recevant avec hospitalité.

 

 

Nous sommes “ des compagnons de travail dans la vérité ” si nous témoignons de l’hospitalité envers les frères qui sortent pour le nom de Dieu.

 

 

 

 

Imitons, non pas ce qui est mauvais, mais ce qui est bon (v. 9-14).

 

 

Diotréphès, qui aime occuper la première place, ne reçoit rien de la part de Jean avec respect.

 

 

Il ne veut pas recevoir les frères itinérants et cherche à expulser quiconque désire leur témoigner de l’hospitalité.

 

 

N’imitons pas ce qui est mauvais ; imitons ce qui est bon.

 

 

 

 

JUDE — POINTS PRINCIPAUX

 

 

 

 

Mise en garde concise et puissante contre les méchants qui voudraient s’infiltrer dans la congrégation.

 

 

Probablement écrite vers 65 de n. è., plus de 30 ans après la mort et la résurrection de Christ.

 

 

 

 

Une situation qui requiert de l’endurance de la part des chrétiens (v. 1-4).

 

 

Des impies se sont glissés dans la congrégation et se servent de la faveur imméritée de Dieu comme prétexte pour se livrer au dérèglement.

 

 

Les chrétiens doivent livrer un dur combat pour la foi.

 

 

 

 

Les tendances, le comportement et les gens dont il faut se méfier (v. 5-16).

 

 

Il ne faut pas oublier que les Israélites qui manquèrent de foi après avoir été sauvés d’Égypte furent détruits.

 

 

Les anges qui abandonnèrent leur position naturelle furent punis.

 

 

Sodome et Gomorrhe, coupables de la plus vile immoralité, subirent le jugement du feu éternel.

 

 

Malgré ces précédents, certains essaient d’introduire des pratiques semblables dans la congrégation.

 

 

Mikaël n’usa pas de termes injurieux, même quand il parla avec le Diable ; or les individus en question “ parlent en mal des glorieux ”.

 

 

Ils suivent les mauvais exemples de Caïn, de Balaam et de Qorah.

 

 

Ils représentent un danger comparable à celui de rochers cachés sous l’eau ; comme des nuages sans eau, comme des arbres morts, déracinés, ils n’apportent rien de bien.

 

 

Hénok prophétisa le jugement de Dieu contre de tels pécheurs impies.

 

 

Ces hommes sont des individus qui murmurent, qui se plaignent, des égocentriques et des flatteurs qui savent tromper.

 

 

 

 

Comment les chrétiens peuvent-ils résister à cette mauvaise influence ? (v. 17-25.)

 

 

Il ne faut pas oublier que les apôtres prédirent la présence de tels hommes “ au dernier temps ”.

 

 

Les chrétiens doivent se montrer différents d’eux, se bâtir sur le fondement de la foi, prier avec de l’esprit saint, se garder dans l’amour de Dieu, attendre que s’exprime la miséricorde de Jésus.

 

 

Ils doivent aussi aider les autres, faire miséricorde à ceux qui doutent, les sauver en les arrachant du feu.

 

 

Repost 0
10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 18:46

QUELLE est votre impression lorsque vous prenez une Bible en main? Peut-être pensez-vous que c’est un bien gros livre qui paraît trop compliqué pour vous. Effectivement, c’est un ouvrage volumineux. Mais c’était nécessaire pour pouvoir exposer, dans toute son étendue, le merveilleux dessein plein d’amour de notre Créateur envers les hommes. La Bible nous parle de gens comme nous et de la vie qu’ils ont vécue. Elle dépeint l’existence telle qu’elle est, avec ses joies et ses peines, ses succès et ses erreurs. Elle nous montre comment éviter ou résoudre les problèmes et comment avoir un but réel dans la vie. Une fois que vous vous intéresserez à son contenu, vous ne penserez plus que la Bible est trop difficile. Non, au contraire, sa lecture passionnante vous aidera à vous saisir résolument de la vie véritable’, celle qui est offerte à tous les hommes. — I Timothée

 

 

LES ECRITURES HEBRAÏQUE (Ancien Testament)

 

LES CINQ PREMIERS LIVRES

 

Genèse au Deutéronome

 

Examinons d’abord les cinq premiers “petits livres” de la Bible : la Genèse , l’Exode, le Lévitique, les Nombres et le Deutéronome. Ils sont connus également ensemble sous le nom de “Pentateuque”, terme qui signifie “cinq rouleaux”, car à l’origine ils furent apparemment écrits sur des rouleaux de parchemin séparés. Tous les cinq furent rédigés en langue hébraïque par le prophète Moïse, il y a plus de 3 400 ans. Ils sont néanmoins d’une très grande valeur pour nous.

 

Le tout premier de ces livres, la Genèse , relate la création des cieux, de la terre et de toutes les choses qui s’y trouvent ainsi que de l’homme. La Genèse nous apprend comment la méchanceté a commencé lorsque Adam et Ève, le premier homme et la première femme, désobéirent à leur Créateur et que Dieu promit un Libérateur, la “postérité”. Ce livre met en relief la fidélité exemplaire d’hommes comme Noé qui vécurent à cette époque et nous montre comment le monde corrompu d’alors subit la destruction par un déluge universel. On y trouve l’origine des nations actuelles et de leurs langues ainsi que l’annonce que le Libérateur, la “postérité”, serait issu de la lignée du fidèle Abraham (Genèse 12:3; 18). La Genèse raconte aussi en détail les événements qui survinrent dans la vie des patriarches Abraham, Isaac, Jacob et Joseph. Jacob fut également appelé Israël, ce qui explique pourquoi ses descendants portèrent le nom d’Israélites. Ce récit captivant nous aide à acquérir une connaissance étendue des desseins divins.

 

Les quatre autres livres du Pentateuque relatent les faits et les événements qui se produisirent pendant la vie de Moïse, tels que la délivrance miraculeuse des Israélites lors du passage de la mer Rouge et leur attitude face à diverses épreuves. Tout cela a été consigné pour nous servir d’avertissement, à nous qui vivons à l’époque moderne. Ces livres renferment aussi les Dix Commandements et d’autres lois qui ont été très profitables à l’humanité, et dont beaucoup sont répétés et développés par Moïse dans le Deutéronome.

 

LES AUTRES LIVRES HISTORIQUES

 

Josué à Esther

 

Faisant suite au Pentateuque, douze “petits livres”, de Josué à Esther, constituent plus du quart de la Bible. Ils relatent l’histoire d’Israël, la nation choisie par Dieu, sur une période de plus de mille ans qui va de 1473 avant notre ère, quand, sous la direction de Josué, successeur de Moïse, les Israélites traversèrent le Jourdain et entrèrent en Terre promise, jusqu’à l’an 443 environ. Les événements authentiques relatés dans ces pages constituent une lecture captivante et pleine d’intérêt. Tout en remarquant comment Dieu a agi envers les hommes dans les temps bibliques, nous pouvons apprendre à lui plaire dès maintenant, afin de recevoir ses bénédictions.

 

Les livres de Josué, des Juges et de Ruth couvrent cette période jusqu’en 1107 avant notre ère. Ils brossent un tableau sincère et sans artifice des bénédictions et des malheurs que connurent les Israélites selon qu’ils obéissaient à leur Dieu ou se rebellaient contre lui.

 

Les deux livres de Samuel et les deux livres des Rois relatent la fondation du royaume d’Israël en 1117 avant notre ère et les glorieux règnes des rois David et Salomon au cours du siècle suivant. Vient ensuite la description du partage de la nation en deux royaumes, en l’an 997: Israël au nord et Juda au sud. On trouve aussi la relation des événements qui ont conduit à la dévastation du royaume d’Israël par l’Assyrie en 740 et du royaume de Juda par Babylone en 607. Les deux livres des Chroniques, rédigés par Esdras, prêtre et copiste capable, reprennent la liste des générations bibliques et répètent l’histoire des royaumes d’Israël et de Juda. Les livres d’Esdras, de Néhémie et d’Esther retracent l’histoire juive depuis le décret de Cyrus le Perse, qui libérait les Juifs de la captivité babylonienne, en 537, jusqu’à 443 avant notre ère. Tous ces livres sont beaucoup plus que le simple récit de faits historiques. Ils contiennent des avertissements et des conseils de grande valeur pour tous ceux qui aiment la justice. De plus, ils annoncent la venue du Libérateur promis.

 

LES LIVRES POÉTIQUES

 

Job à chant de Salomon

 

Les cinq livres suivants, dits “poétiques”, ont été rédigés à diverses époques de l’histoire d’Israël. C’est probablement Moïse qui écrivit le livre de Job, à peu près à la même époque que le Pentateuque. Ce livre révèle que le principal adversaire de Dieu est Satan, une créature spirituelle, et pourquoi Dieu lui a permis d’exercer si longtemps sa domination méchante sur la terre. Il montre aussi que Dieu récompense les hommes qui lui restent fidèles malgré les outrages et les persécutions que Satan leur inflige.

 

Quant aux Psaumes, dont la moitié environ furent composés par le roi David, ils renferment des prières de louanges et d’actions de grâces adressées à Dieu pour sa bonté de cœur. Ils contiennent également de nombreuses prophéties concernant le Libérateur promis. Les trois autres livres poétiques: les Proverbes, l’Ecclésiaste et le Cantique des cantiques (ou Chant de Salomon), sont, pour la plus grande partie, l’œuvre de Salomon, fils du roi David. Il s’en dégage une très grande sagesse pratique, qui nous est particulièrement précieuse pour résoudre les problèmes de la vie présente. Ces livres poétiques furent, dans leur majeure partie, écrits au onzième siècle avant notre ère. Ils présentent l’intérêt particulier d’indiquer la voie du bonheur authentique. Le mot hébreu traduit par “bonheur” y figure d’ailleurs des dizaines de fois.

 

LES LIVRES PROPHÉTIQUES

 

Ésaïe à Malachie

 

Aimeriez-vous connaître ce que l’avenir vous réserve? Eh bien, c’est tout à fait possible grâce aux dix-sept “petits livres” d’Ésaïe à Malachie, qui portent presque tous le nom de leur rédacteur et qui contiennent des prophéties qui ont eu un accomplissement remarquable dans le passé. Mais ils prédisent aussi des événements en rapport avec notre époque, comme la lutte pour la suprématie mondiale que se livrent les nations démocratiques et communistes et dont le point culminant approche. Alors le peuple de Dieu sera délivré, tandis que s’abattra sur le monde un “temps de détresse” comme il n’en a jamais connu (Daniel à 12:1). Il est aussi question dans ces livres des jugements divins et d’un paradis magnifique dont pourront jouir tous ceux qui aiment Dieu. Ces écrits prophétiques ont été rédigés dans la même période que les derniers livres historiques mentionnés plus haut, c’est-à-dire de 844 environ, avec le livre du prophète Jonas, à 443 environ, avec le livre prophétique de Malachie.

 

 

LES ECRITURES GRECQUES CHRETIENNES (Nouveau Testament)

 

LES QUATRE ÉVANGILES

 

Matthieu à Jean

 

En l’an 29 de notre ère, la “postérité” promise, le Libérateur, paraît enfin. C’est Jésus Christ; le nom “Jésus” signifie “Salut de Jéhovah”, et le titre “Christ” veut dire “Oint”. Jéhovah Dieu établit Jésus comme Libérateur en l’oignant, non pas d’huile parfumée comme c’était la coutume lors de l’intronisation des rois de l’Antiquité, mais de son propre esprit saint. C’est par cette même force active qui émane de lui que Dieu rendit les rédacteurs bibliques capables de consigner sa “parole”. Les “petits livres” de Matthieu, Marc, Luc et Jean rapportent sous des aspects différents les activités et la prédication de Jésus, son supplice et sa résurrection. Ils montrent aussi comment Jésus a accompli de nombreuses prophéties des Écritures hébraïques qui l’identifiaient au Messie.

 

Matthieu écrivit d’abord son récit de la vie de Jésus en langue hébraïque, vers 41 de notre ère, et il le traduisit en grec plus tard. C’est aussi avant la destruction de Jérusalem, qui eut lieu en 70, que Marc et Luc rédigèrent leurs Évangiles. Quant à Jean, il écrivit le sien vers l’année 98. Ces quatre Évangiles, qui furent écrits en grec commun, langue universelle du monde d’alors, renferment la “bonne nouvelle” du Royaume de Jésus sous la domination duquel les hommes pourront jouir de “la vie (...) en abondance”. (Matthieu Jean ) Nous devrions remercier Dieu de ces merveilleuses dispositions.

 

LE LIVRE DES ACTES ET LES ÉPÎTRES

 

Actes d’Apôtres à Jude

 

Le “petit livre” intitulé “Les Actes d’Apôtres” débute par le récit de l’ascension au ciel de Jésus ressuscité et montre comment il fonda la congrégation des premiers chrétiens que Dieu oignit en leur conférant son esprit. Il relate ensuite avec quel zèle ces chrétiens ont proclamé la bonne nouvelle dans tout le monde habité de l’époque, décrivant particulièrement la prédication accomplie par les apôtres Pierre et Paul. Ce récit vivant, écrit par Luc, médecin et compagnon de voyage de Paul, couvre une période qui va de l’an 33 de notre ère jusqu’aux environs de l’an 66.

 

Puis de la lettre aux Romains à celle de Jude, suit une série de vingt et une lettres d’avertissements et d’encouragements. Les quatorze premières furent écrites par l’apôtre Paul, les suivantes par d’autres apôtres et disciples de Jésus Christ. Ces “petits livres” expriment avec confiance l’espoir de la résurrection et incitent tous ceux qui aiment Dieu à travailler avec zèle pour faire sa volonté. Ils mettent aussi en évidence la réalisation de nombreuses prophéties. Les épîtres de l’apôtre Paul portent le nom des congrégations ou des personnes auxquelles elles sont adressées. À partir de celle de Jacques, les autres lettres sont appelées chacune du nom de leur rédacteur.

 

L’APOCALYPSE (ou RÉVÉLATION)

 

Apocalypse

 

Dans le dernier livre prophétique de la Bible , qu’il rédigea vers l’an 96 de notre ère, l’apôtre Jean, alors exilé dans l’île de Patmos, décrit une série de visions que Dieu lui envoya des cieux par l’intermédiaire de Jésus glorifié. Ce livre, écrit dans un langage très symbolique, fait connaître les jugements divins et explique pourquoi les hommes connaissent le “malheur”. On y voit comment Dieu et son Christ vont délivrer l’humanité de tous ses ennemis. — Révélation

 

Ainsi, le dernier “petit livre” de la Bible montre comment la promesse divine relative au Libérateur, mentionnée dans la Genèse , premier livre de la Bible , se réalisera magnifiquement et que “ Il (Dieu) essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.”. (Révélation 21:3, 4.)

 

Repost 0
16 août 2006 3 16 /08 /août /2006 23:30

PHILÉMON POINTS PRINCIPAUX

 

Objet :

 

Lettre encourageant à témoigner amour et miséricorde à un esclave fugitif qui est devenu chrétien.

 

Écrite vers 60-61 de n. è. alors que Paul était prisonnier à Rome.

 

Félicitations à Philémon pour son amour et sa foi (v. 1-7).

 

Paul s’adresse à Philémon en l’appelant bien-aimé et compagnon de travail.

 

Les nouvelles que Paul a reçues concernant l’amour et la foi de Philémon le poussent à remercier Dieu et lui procurent beaucoup de joie et de consolation.

 

Paul renvoie Onésime en le déclarant mieux qu’un esclave ”. (V. 8-25.)

 

Paul emprisonné plaide, en raison de l’amour, en faveur de l’esclave fugitif Onésime, qui est devenu chrétien à son contact.

 

Étant donné qu’Onésime est utile à son service, Paul aimerait le garder ; toutefois, il le renvoie, car il ne veut rien faire sans l’assentiment de Philémon.

 

Paul exhorte Philémon à recevoir Onésime comme un frère, comme si c’était l’apôtre lui-même ; il se dit convaincu que Philémon fera même davantage que ce qui lui est demandé.

 

 

HÉBREUX POINTS PRINCIPAUX

 

Objet :

 

Traité puissant qui fortifia les chrétiens hébreux et leur permit d’aider leurs compatriotes sincères pendant les derniers jours du système juif.

 

Selon toute apparence écrit par l’apôtre Paul, moins de 10 ans avant la destruction de Jérusalem en l’an 70 de n. è.

 

Position supérieure du Fils de Dieu (1:1–3:6).

 

Il est le Fils unique, l’héritier établi, la représentation exacte de l’être même de son Père, celui par qui toutes les choses faites sont aussi soutenues.

 

Comparés au Fils, les anges ne sont que des serviteurs. Il est le seul que le Père appelle “ mon fils ”, le Premier-né à qui même les anges doivent rendre hommage ; de lui et non des anges on peut dire que sa domination royale repose sur Dieu qui lui sert de trône. Sa pérennité est supérieure à celle des cieux et de la terre faits par son intermédiaire, et sa position est à la droite du Père.

 

Si la Loi transmise par l’intermédiaire d’anges ne pouvait être transgressée impunément, ce que Dieu a dit par l’intermédiaire de son Fils, lequel est supérieur aux anges, doit recevoir une attention plus qu’ordinaire.

 

Abaissé au-dessous des anges en tant qu’homme, Jésus fut cependant élevé ensuite au-dessus d’eux et gratifié de la domination sur la terre habitée future.

 

Moïse fut un serviteur dans la maison de Dieu, mais Jésus Christ est au-dessus de la maison tout entière.

 

Il est encore possible d’entrer dans le repos de Dieu (3:7–4:13).

 

À cause de leur désobéissance et de leur manque de foi, les Israélites qui sortirent d’Égypte n’entrèrent pas dans le repos de Dieu.

 

Les chrétiens peuvent entrer dans le repos de Dieu, à condition de ne pas être désobéissants comme les Israélites et de lutter pour être fidèles.

 

La parole vivante qui contient la promesse d’entrer dans le repos de Dieu est plus acérée qu’une épée, car elle fait une division chez une personne (en fonction de sa réaction au contact de cette parole) entre ce qu’elle semble être (l’âme) et ce qu’elle est réellement (l’esprit).

 

Supériorité de la prêtrise de Christ et de la nouvelle alliance (4:14–10:31).

 

Ayant été mis à l’épreuve à tous égards, mais étant demeuré sans péché, Jésus Christ peut, en qualité de grand prêtre, comprendre les humains pécheurs et les traiter avec compassion.

 

Il est prêtre sur nomination de Dieu à la manière de Melkisédec, dont la prêtrise était plus grande que la prêtrise lévitique.

 

Contrairement aux prêtres lévites de la famille d’Aaron, Jésus Christ possède une vie indestructible et n’a donc pas besoin de successeur pour poursuivre son œuvre salvatrice ; il est sans péché et n’a donc pas besoin d’offrir des sacrifices pour lui-même ; il a offert son propre corps, non celui d’animaux, et il est entré, non pas dans un sanctuaire terrestre, mais dans le ciel même avec la valeur de son sang versé, validant ainsi la nouvelle alliance.

 

La nouvelle alliance, dont Jésus est le Médiateur, est supérieure à l’alliance de la Loi , car ceux qui sont dans cette alliance ont les lois de Dieu dans leurs cœurs et bénéficient du véritable pardon des péchés.

 

C’est la reconnaissance pour ces bienfaits qui incite les chrétiens à faire la déclaration publique de leur espérance et à se rassembler régulièrement.

 

La foi est indispensable pour plaire à Dieu (10:32–12:29).

 

Jéhovah ne prend pas plaisir en ceux qui reculent devant lui par manque de foi au lieu d’endurer pour recevoir ce qu’il a promis.

 

La foi exemplaire des hommes intègres depuis Abel est un encouragement à endurer dans la course chrétienne, tout en considérant bien Jésus Christ, qui fut sans défaut dans les souffrances.

 

Les souffrances que Dieu laisse les chrétiens fidèles connaître peuvent être considérées comme une forme de discipline de sa part, destinée à produire le fruit paisible qu’est la justice.

 

Exhortations à demeurer fidèle (13:1-25).

 

Il faut manifester l’amour fraternel, être hospitalier, se souvenir de ses compagnons chrétiens qui souffrent, honorer le mariage, se contenter des choses présentes, avoir confiance en l’aide de Jéhovah.

 

Les chrétiens doivent imiter la foi de ceux qui les dirigent, et ne doivent pas succomber à des enseignements étrangers.

 

Il leur faut accepter de porter l’opprobre à l’exemple de Christ et offrir sans cesse à Dieu un sacrifice de louange par son intermédiaire.

 

Ils doivent obéir à ceux qui les dirigent.

 

 

Repost 0
14 juin 2006 3 14 /06 /juin /2006 13:46

POINTS PRINCIPAUX DES LETTRES DE PAUL – EPHESIENS à  TITE 

 

ÉPHÉSIENS POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Lettre attirant l’attention sur une administration qui apporte la paix et l’unité avec Dieu grâce à Jésus Christ.

 

 

C’est pendant son emprisonnement à Rome que Paul écrivit cette lettre destinée à la congrégation d’Éphèse, ville portuaire située sur la côte occidentale de l’Asie Mineure.

 

 

 

 

Dieu se propose d’apporter la paix et l’unité par le moyen de Jésus Christ.

 

 

Manifestant une grande faveur imméritée, Dieu a destiné d’avance un certain nombre d’humains à devenir, par adoption, ses fils grâce à Jésus Christ (1:1-7).

 

 

Dieu a prévu une administration (une façon de gérer les affaires de sa maisonnée) grâce à laquelle il unira avec lui par le moyen du Christ ceux qui seront choisis pour être dans les cieux et ceux qui vivront sur la terre (1:8-14).

 

 

Paul prie pour que les Éphésiens comprennent et apprécient vraiment la merveilleuse disposition que Dieu a prise en leur faveur par le moyen du Christ (1:15-23 ; 3:14-21).

 

 

Ceux qui ont reçu des fonctions élevées en relation avec le Christ étaient autrefois morts dans le péché ; leur salut est un don de Dieu, et non une rétribution pour leurs œuvres (2:1-10).

 

 

Grâce au Christ, la Loi a été abolie et le fondement a été posé pour que Juifs et Gentils deviennent un seul corps, membres de la maisonnée de Dieu, un temple où Dieu habite par l’esprit (2:11–3:7).

 

 

La façon dont Dieu agit envers la congrégation révèle, même à ceux qui sont dans les lieux célestes, la diversité de sa sagesse (3:8-13).

 

 

Facteurs d’unité fournis par Dieu : un seul corps spirituel qui constitue la congrégation, un seul esprit saint, une seule espérance, un seul Seigneur Jésus Christ, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père (4:1-6).

 

 

Les dons en hommes faits par le Christ aident tous les chrétiens à parvenir à l’unité dans la foi ; sous sa direction, tout le corps fonctionne harmonieusement parce que tous disent la vérité et font preuve d’amour (4:7-16).

 

 

Il faut revêtir la personnalité nouvelle, en harmonie avec l’enseignement et l’exemple du Christ.

 

 

Il faut suivre l’exemple de Christ, et non des nations ; pour y parvenir, il faut une personnalité nouvelle (4:17-32).

 

 

Imiter Dieu ; manifester le même genre d’amour que le Christ (5:1, 2).

 

 

Rejeter les paroles et les mœurs immorales ; marcher comme des enfants de lumière (5:3-14).

 

 

Racheter le temps ; l’utiliser pour louer Jéhovah (5:15-20).

 

 

Avec un profond respect pour le Christ, il faut être soumis comme il convient à son mari, à ses parents, à ses maîtres ; manifester une considération empreinte d’amour envers ceux sur lesquels on a autorité (5:21–6:9).

 

 

Il faut revêtir l’armure spirituelle complète afin de tenir ferme contre les ruses du Diable.

 

 

Il faut lutter contre les forces spirituelles méchantes ; grâce à l’aide divine, on peut résister à ces briseurs de paix et d’unité (6:10-13).

 

 

L’armure spirituelle de Dieu fournit une protection totale ; on doit en faire bon usage et prier avec ferveur, en mentionnant tous les saints dans ses supplications (6:14-24).

 

 

 

 

PHILIPPIENS — POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Lettre qui reflète l’amour particulier qui liait Paul aux chrétiens de Philippes.

 

 

Écrite par Paul vers 60-61 de n. è. alors qu’il était en prison à Rome.

 

 

L’amour de Paul envers les frères et sa reconnaissance pour leur générosité.

 

 

Paul remercie Dieu de ce que les Philippiens contribuent à faire progresser la bonne nouvelle. Mû par une profonde affection pour eux, il demande dans ses prières que leur amour grandisse et qu’ils vérifient les choses les plus importantes (1:3-11).

 

 

Paul se préoccupe du bien-être des Philippiens ; il espère leur envoyer Timothée, qu’il recommande vivement ; il a la certitude que bientôt il viendra aussi les voir en personne (2:19-24).

 

 

Pour rassurer les Philippiens au sujet d’Épaphrodite, dont ils ont appris la grave maladie, Paul leur envoie ce serviteur fidèle qu’ils avaient délégué à son service (2:25-30).

 

 

Quoiqu’il se suffise à lui-même en toute situation grâce à la force qui lui est donnée d’en haut, Paul félicite chaleureusement les Philippiens pour leur générosité (4:10-19).

 

 

Les effets de l’emprisonnement de Paul.

 

 

L’emprisonnement de Paul a favorisé les progrès de la bonne nouvelle ; sa situation est bien connue parmi la Garde prétorienne, et la plupart des frères se montrent plus courageux à dire sans crainte la parole de Dieu (1:12-14).

 

 

Certains prêchent pour un bon motif, d’autres pour un mauvais — d’une manière comme de l’autre, Christ est annoncé ; que Paul vive ou meure, il magnifiera Christ ; mais il a le sentiment qu’il vivra afin de servir les Philippiens (1:15-26).

 

 

Conseils constructifs sur l’état d’esprit et la conduite.

 

 

Conduisez-vous d’une manière digne de la bonne nouvelle, sans vous laisser effrayer par les ennemis ; les adversaires seront détruits, alors que les croyants obtiendront le salut (1:27-30).

 

 

Ayez la même attitude mentale que Christ en étant humbles et en ne recherchant pas votre intérêt (2:1-11).

 

 

En enfants irréprochables, brillez comme des foyers de lumière au milieu d’une génération pervertie, “ tenant fermement la parole de vie ”. (2:12-16.)

 

 

Méfiez-vous de ceux qui prônent la circoncision ; le chrétien place sa confiance en Christ, pas dans la circoncision de la chair (3:1-3).

 

 

En ce qui concerne les références dans la chair, Paul est très bien placé ; pourtant, il considère tout cela comme des déchets à cause de “ la valeur éminente de la connaissance de Christ ” ; il poursuit sa course vers le prix et presse les autres de faire de même (3:4-21).

 

 

Continuez de vous réjouir dans le Seigneur ; ayez une nature raisonnable et confiez vos inquiétudes à Dieu dans la prière ; emplissez votre esprit de pensées saines (4:4-9).

 

 

              

 

 

COLOSSIENS POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Lettre qui met l’accent sur la reconnaissance pour la position que Dieu a donnée au Christ et qui est le moyen de s’opposer aux opinions et aux pratiques erronées.

 

 

Écrite par Paul vers la fin de son premier emprisonnement à Rome.

 

 

Reconnaissance pour la position du Christ (1:1–2:12)

 

 

Éloge de leur foi concernant Christ et de leur amour pour tous les saints dont ils partagent l’espérance céleste.

 

 

Position prééminente donnée au Christ : il est l’image de Dieu, le premier-né de toute création, celui par l’intermédiaire de qui toutes les autres choses ont été créées, la tête de la congrégation, le premier-né d’entre les morts.

 

 

La réconciliation avec Dieu est faite par l’intermédiaire de Christ.

 

 

En Christ sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance véritables.

 

 

Continuez à marcher en union avec lui ; ne laissez personne vous entraîner comme sa proie au moyen de la philosophie humaine.

 

 

Par l’intermédiaire de Christ, Dieu a fait disparaître la Loi mosaïque (2:13-23).

 

 

Dieu a figurément cloué l’alliance de la Loi au poteau de supplice sur lequel Christ est mort.

 

 

Les exigences de la Loi étaient une ombre ; la réalité relève du Christ.

 

 

Que personne ne vous enlève le prix en vous amenant à suivre les commandements et les enseignements des hommes au lieu de rester attachés au Christ, la tête.

 

 

Revêtez la personnalité nouvelle, soumettez-vous à l’autorité du Christ (3:1-17).

 

 

Pensez toujours aux choses d’en haut, non à celles qui sont sur la terre.

 

 

Faites mourir les désirs impurs de la chair ; rejetez les façons d’agir et les paroles mauvaises.

 

 

Revêtez-vous de compassion, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience et d’amour.

 

 

Que la paix du Christ dirige vos cœurs.

 

 

Faites tout au nom du Seigneur Jésus, remerciant Dieu par lui.

 

 

Les relations avec autrui doivent être influencées par la reconnaissance pour Dieu et pour le Christ (3:18–4:18).

 

 

Les femmes, les maris, les enfants, les esclaves et les maîtres doivent assumer leurs responsabilités non pas pour plaire aux hommes, mais avec crainte de Jéhovah, en reconnaissant que le Christ dans le ciel est notre Maître.

 

 

Persévérez dans la prière ; marchez avec sagesse.

 

 

Salutations personnelles adressées à d’autres serviteurs du Seigneur.

 

 

 

 

UN THESSALONICIENS POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Encouragements et conseils adressés à une congrégation relativement récente.

 

 

Lettre écrite par Paul vers 50 de n. è., quelques mois après qu’il eut quitté Thessalonique à cause de la violence de la foule.

 

 

Félicitations à la congrégation (1:1-10).

 

 

Paul félicite chaleureusement les Thessaloniciens pour leur œuvre de fidélité et leur endurance.

 

 

Les Thessaloniciens sont devenus un exemple pour les autres croyants en acceptant la parole au milieu de la tribulation et avec la joie que produit l’esprit de Dieu.

 

 

Partout on raconte comment ils ont abandonné l’idolâtrie et se sont mis à travailler comme des esclaves pour le Dieu vivant et à attendre Jésus.

 

 

L’exemple de Paul lorsqu’il était chez eux (2:1-12).

 

 

Après avoir été traité avec insolence à Philippes, Paul avait puisé de la force en Dieu et avait prêché avec hardiesse aux Thessaloniciens.

 

 

Il n’y avait de la part de Paul ni flatterie, ni convoitise, ni désir de gloire.

 

 

Il évita de devenir un fardeau pour les frères, mais les traita au contraire avec douceur, comme l’aurait fait une mère qui nourrit ses enfants, et les exhorta comme un père affectueux.

 

 

Encouragement à demeurer ferme face à la persécution (2:13–3:13).

 

 

Après avoir accepté comme la parole de Dieu le message qui leur était prêché, les frères de Thessalonique ont été persécutés par leurs compatriotes ; les mêmes choses sont arrivées en Judée, où les chrétiens subissent des souffrances de la part des Juifs.

 

 

Paul a grandement désiré voir les Thessaloniciens ; ne supportant plus d’être sans nouvelles d’eux, il a envoyé Timothée, lequel vient tout juste de revenir porteur de bonnes nouvelles concernant leur condition spirituelle.

 

 

Paul prie pour qu’ils continuent de croître.

 

 

Recommandations concernant l’état d’esprit et la conduite (4:1–5:28).

 

 

Marchez plus pleinement d’une manière qui plaise à Dieu ; abstenez-vous de la fornication.

 

 

Aimez les frères plus fort encore ; travaillez de vos mains pour que même les gens du dehors voient que vous marchez avec décence.

 

 

Consolez-vous les uns les autres dans l’espérance que, lors de la présence de Christ, les croyants engendrés de l’esprit qui sont morts seront relevés d’abord et réunis à Christ ; ensuite, ceux qui sont toujours en vie rejoindront Christ et les ressuscités.

 

 

Le jour de Jéhovah vient comme un voleur — quand ils diront : “ Paix et sécurité ! ” une destruction subite surviendra ; pour cette raison, demeurez spirituellement éveillés, protégés en ayant pour cuirasse la foi et l’amour et pour casque l’espérance du salut.

 

 

Ayez de grands égards pour ceux qui président dans la congrégation ; soyez en paix, poursuivez ce qui est bon, réjouissez-vous toujours, rendez grâces, vérifiez toutes choses, tenez ferme ce qui est excellent et abstenez-vous de la méchanceté.

 

 

 

 

DEUX THESSALONICIENS POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Lettre visant à corriger une mauvaise conception de la présence de Christ et à offrir des conseils sur la conduite à tenir avec les désordonnés.

 

 

Écrite par Paul peu après sa première lettre aux Thessaloniciens.

 

 

Le soulagement qui viendra lors de la révélation de Christ (1:1-12).

 

 

Les Thessaloniciens sont félicités pour leur endurance et leur foi alors qu’ils subissent les persécutions et la détresse.

 

 

Le soulagement viendra lors de la révélation de Christ ; alors, Jésus Christ, accompagné par des anges puissants, détruira ceux qui n’obéissent pas à la bonne nouvelle et sera glorifié au sujet de ses saints.

 

 

Paul prie pour que les Thessaloniciens soient jugés dignes, afin que le nom du Seigneur Jésus soit glorifié en eux.

 

 

L’homme d’illégalité doit être révélé avant la présence de Christ (2:1-17).

 

 

Les Thessaloniciens sont encouragés à ne pas se laisser troubler ou émouvoir par un quelconque message laissant entendre que le jour de Jéhovah est déjà sur eux.

 

 

L’apostasie doit arriver d’abord, et l’homme d’illégalité doit se révéler ; il s’élèvera au-dessus de tout objet de vénération et s’affichera comme étant lui-même un dieu.

 

 

Quand celui qui fait obstacle sera enlevé, le sans-loi se révélera, lui dont la présence est marquée par des signes mensongers et par toutes les tromperies de l’injustice pour tromper ceux qui périssent.

 

 

Jésus Christ le réduira à rien par la manifestation de sa présence.

 

 

Conduite à tenir avec les désordonnés (3:1-18).

 

 

Éloignez-vous des désordonnés, ceux qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas, ceux qui ne tiennent pas compte de cet ordre : “ Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus. ”

 

 

Notez-les comme étant des gens avec lesquels il ne faut pas fraterniser, mais avertissez-les comme des frères afin qu’ils puissent revenir de leurs voies.

 

 

 

 

LETTRES DE PAUL A THIMOTHEE

 

 

En l’espace de quelques années, l’enseignement de fausses doctrines était devenu un problème si grave que Paul encouragea Timothée à rester à Éphèse pour qu’il “ [ordonne] à certains de ne pas enseigner une autre doctrine et de ne pas non plus faire attention à des fables et à des généalogies ”. (1Tm 1:3, 4.) Timothée devait donc mener une guerre spirituelle au sein de la congrégation chrétienne pour protéger la pureté de celle-ci et pour aider ses membres à rester dans la foi (1:18, 19). En mettant en pratique les conseils contenus dans la lettre de l’apôtre, Timothée aiderait les membres de la congrégation à se préserver de l’apostasie.

 

 

Pour prospérer, la congrégation ne devait pas négliger la prière. Il convenait de prier au sujet des rois et des hommes haut placés au gouvernement, afin que les chrétiens puissent mener une vie calme et paisible, et sans entraves. Paul écrivit aussi au sujet de ceux qui priaient au nom de la congrégation : “ Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, levant des mains fidèles, en dehors de la colère et des débats. ” Cela signifiait s’approcher de Dieu avec pureté, sans animosité ni colère envers les autres. — 1Tm 2:1-8.

 

 

En outre, Timothée devait veiller à ceci : que les femmes restent à la place que Dieu leur a assignée (1Tm 2:9-15), que seuls des hommes ayant les qualités requises soient surveillants et assistants ministériels, car ils constitueraient un puissant rempart contre l’apostasie (3:1-13 ; 5:22), que les veuves qui en étaient dignes reçoivent l’aide de la congrégation (5:3-16), qu’on manifeste aux anciens qui président d’une belle manière une estime méritée (5:17-19), que les esclaves se conduisent bien envers leurs propriétaires (6:1, 2), que tous se contentent de ce qu’ils ont au lieu de chercher à s’enrichir (6:6-10) et que les riches ne mettent pas leur espérance dans des possessions matérielles, mais plutôt qu’ils soient riches en belles œuvres et qu’ils se montrent généreux (6:17-19). Timothée lui-même devait être “ un exemple pour les fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté ”, et s’efforcer de continuer à progresser. — 4:12, 15, 16 ; 6:11-14.

 

 

 

 

UN TIMOTHÉE POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Conseils à un ancien au sujet de ses responsabilités.

 

 

Lettre écrite par l’apôtre Paul de toute évidence quelque temps après avoir été libéré de son premier emprisonnement à Rome.

 

 

Conseils à Timothée pour son bien-être spirituel.

 

 

Fais la guerre spirituelle, conservant foi et bonne conscience (1:18, 19).

 

 

Soucie-toi de l’attachement à Dieu et non de l’exercice corporel ; que personne ne méprise ta jeunesse, mais sois plutôt exemplaire et progresse (4:7b-16).

 

 

Ne nomme personne hâtivement à une fonction, pour éviter de participer aux péchés des autres (5:22).

 

 

Mises en garde contre des influences corruptrices dans la congrégation.

 

 

Ordonne à certains de ne pas enseigner d’autres doctrines, et de ne pas non plus faire attention à des fables et à des généalogies (1:3, 4).

 

 

Certains se sont écartés de l’amour et de la foi sans hypocrisie ; ils veulent être des enseignants de la loi, mais n’en comprennent pas le but (1:5-11).

 

 

Dans les périodes à venir il y aura un abandon de la foi (4:1-5).

 

 

Combats les mauvaises influences ; nourris-toi des paroles de la foi ; rejette les fables (4:6, 7a).

 

 

Les faux enseignements engendrent envie, querelle, injures, soupçons, altercations violentes et usage de ce qui vient de Dieu pour un gain égoïste (6:3-5).

 

 

Fuis les mauvais fruits que produit l’amour de l’argent ; combats le beau combat de la foi et résiste aux fausses doctrines (6:11, 12, 20, 21).

 

 

Qualités requises pour ceux qui sont établis surveillants et assistants ministériels.

 

 

Un surveillant doit, entre autres, être irréprochable, mari d’une seule femme, sain d’esprit, ordonné, hospitalier, capable d’enseigner, maître de lui dans les domaines de la boisson et du caractère, raisonnable, non ami de l’argent ; être quelqu’un qui préside bien sa maisonnée ; ne pas être un nouveau converti et jouir d’une bonne réputation en dehors de la congrégation (3:1-7).

 

 

Les assistants ministériels doivent être des hommes dignes, non doubles dans leur langage, ne doivent pas être de grands buveurs, ni avides d’un gain malhonnête, doivent être d’abord mis à l’épreuve quant à leurs aptitudes, être exempts d’accusation et bien présider leur maisonnée (3:8-10, 12, 13).

 

 

Instructions relatives à divers besoins de la congrégation.

 

 

Il faut prier pour toutes sortes d’hommes, y compris les dirigeants, afin que les chrétiens puissent vivre paisiblement dans l’attachement à Dieu ; Dieu veut que toutes sortes d’hommes soient sauvés (2:1-4).

 

 

Il y a un seul Dieu et un seul médiateur, Jésus Christ ; aussi les hommes qui prient devraient-ils lever “ des mains fidèles, en dehors de la colère et des débats ”. (2:5-8.)

 

 

Les femmes devraient se vêtir avec modestie et de manière convenable, montrant qu’elles révèrent Dieu ; elles ne doivent pas enseigner dans la congrégation ni dominer sur l’homme (2:9-15).

 

 

Seules les veuves âgées de 60 ans et plus qui ont une bonne réputation et qui n’ont ni enfants ni petits-enfants devraient être inscrites sur la liste de ceux que la congrégation aidera sur le plan matériel (5:3-16).

 

 

Les anciens qui travaillent dur dans la parole et dans l’enseignement devraient être jugés dignes d’un “ double honneur ”. (5:17, 18.)

 

 

Il ne faut pas accepter d’accusation contre un ancien, à moins qu’il n’y ait deux ou trois témoins ; les personnes qui pratiquent le péché devraient être reprises sous les yeux de tous (5:19-21).

 

 

Les esclaves devraient être soumis à leurs propriétaires de manière exemplaire, surtout si leurs maîtres sont des croyants (6:1, 2).

 

 

Chacun devrait être content s’il a nourriture et vêtement ; l’amour de l’argent est une racine de choses mauvaises, et ceux qui sont bien décidés à être riches se font du tort sur le plan spirituel (6:6-10).

 

 

Les riches ne doivent pas être arrogants ni mettre leur confiance en leurs richesses ; ils devraient plutôt se montrer généreux, prêts à partager avec les indigents (6:17-19).

 

 

 

 

DEUX TIMOTHÉE POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Encouragements et conseils à Timothée pour l’aider à rester ferme durant les temps difficiles à venir.

 

 

Dernière lettre divinement inspirée écrite par Paul, à Rome, durant son deuxième emprisonnement.

 

 

Encouragement à continuer de progresser.

 

 

‘ Ranime comme un feu le don de Dieu ’ que tu as reçu ; n’aie pas honte du témoignage au sujet de Christ ou de Paul qui est prisonnier ; prends ta part pour ce qui est de souffrir pour la bonne nouvelle (1:6-8).

 

 

Garde le modèle des paroles salutaires (1:13, 14).

 

 

Comme un soldat, concentre-toi sur une seule chose ; comme un athlète aux jeux, lutte selon les règles ; sois comme le cultivateur qui travaille dur ; endure fidèlement (2:3-13).

 

 

Fais tout ton possible pour te présenter à Dieu comme un homme approuvé, qui expose correctement la parole de la vérité (2:15).

 

 

Fuis les désirs de la jeunesse, mais poursuis les qualités divines avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur (2:22).

 

 

Conseils à Timothée pour qu’il résiste aux faux enseignants.

 

 

Évite les disputes sur des mots et les paroles qui profanent ce qui est saint ; avec douceur, essaie de ramener ceux que le Diable a pris au piège (2:16-26).

 

 

Dans les derniers jours, il y aura des temps critiques, difficiles à supporter, à cause de la méchanceté des gens ; ils seront amis de l’argent et des plaisirs plutôt qu’amis de Dieu ; évite de telles personnes (3:1-7).

 

 

Ces hommes corrompus continueront à s’opposer à la vérité ; mais toi, attache-toi à ce que tu as accepté comme étant la vérité, car tu l’as apprise de personnes que tu connaissais bien et des Écritures inspirées (3:8-17).

 

 

Avec persévérance, prêche la parole, évangélise et accomplis pleinement ton ministère — même quand arrivera le temps où les hommes refuseront d’écouter la doctrine salutaire, mais préféreront se faire agréablement caresser les oreilles par les enseignants qu’ils auront eux-mêmes choisis (4:1-5).

 

 

La situation de Paul en prison.

 

 

Paul a été établi apôtre de Jésus Christ ; il en subit les conséquences, mais il n’a pas honte (1:11, 12).

 

 

Alors qu’il était dans les chaînes, il a presque totalement été abandonné de ceux du district d’Asie, sauf d’Onésiphore qui l’a cherché avec soin et l’a réconforté (1:15-18).

 

 

Sachant sa mort imminente, Paul attend avec confiance le jour où Jésus Christ lui donnera la couronne de justice, à lui ainsi qu’à tous ceux qui ont aimé la manifestation du Seigneur (4:6-8).

 

 

Dans sa première défense, personne n’a pris son parti ; néanmoins, Paul a été fortifié par le Seigneur Jésus Christ ; il est sûr que le Seigneur le sauvera pour son Royaume céleste (4:16-18).

 

 

 

 

TITE POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Conseils à un ancien sur la façon de traiter les problèmes dans une affectation particulièrement difficile.

 

 

Lettre écrite par l’apôtre Paul, de toute évidence après son premier emprisonnement à Rome.

 

 

Nomination de surveillants et règlement de problèmes graves.

 

 

Tite est chargé de mettre de l’ordre dans les choses qui laissent à désirer et de nommer des surveillants dans plusieurs villes de Crète (1:5).

 

 

Un homme qui est nommé surveillant devrait être exempt d’accusation, exemplaire aussi bien personnellement que dans sa vie de famille, hospitalier, équilibré et maître de lui ; il doit exposer correctement la vérité quand il enseigne, afin d’être capable d’exhorter et de reprendre les contradicteurs (1:6-9).

 

 

Il faut réduire au silence les indisciplinés, surtout ceux qui sont attachés à la circoncision et qui bouleversent des maisonnées entières ; il faut les reprendre sévèrement pour que tous soient robustes dans la foi (1:10-16).

 

 

Il faut éviter les discussions sottes, les généalogies et les disputes au sujet de la Loi , et rejeter celui qui fonde une secte après deux avertissements (3:9-11).

 

 

Conseils salutaires à tous les chrétiens.

 

 

Les vieillards sont encouragés à être exemplaires : ils doivent être modérés, dignes, sains d’esprit, robustes dans la foi, l’amour et l’endurance (2:1, 2).

 

 

Les femmes âgées sont elles aussi invitées à être exemplaires ; elles devraient enseigner ce qui est bon, afin d’aider les jeunes femmes à acquérir le bon point de vue sur leurs responsabilités d’épouses et de mères, de manière à ne pas jeter l’opprobre sur la Parole de Dieu (2:3-5).

 

 

Les jeunes gens sont exhortés à être sains d’esprit (2:6-8).

 

 

Les esclaves devraient être soumis à leurs propriétaires d’une manière qui pare l’enseignement de Dieu (2:9, 10).

 

 

La faveur imméritée de Dieu devrait inciter les chrétiens à rejeter l’impiété et à vivre avec bon sens dans ce système de choses, tandis qu’ils attendent patiemment la manifestation glorieuse de Dieu et de Jésus Christ (2:11-15).

 

 

Il faut être soumis aux chefs, ne pas être belliqueux, mais être raisonnable et doux (3:1, 2).

 

 

Il fut un temps où Paul et ses compagnons chrétiens vécurent eux aussi dans la méchanceté ; mais grâce à la faveur imméritée de Dieu, ils ont été sauvés et connaissent à présent l’espérance certaine de la vie éternelle ; il faut toujours insister sur ces points pour encourager les croyants à penser aux belles œuvres (3:3-8).

 

 

 

 

 

Repost 0
29 mai 2006 1 29 /05 /mai /2006 19:40

L’apôtre Paul eut le privilège d’écrire plus de livres (de lettres) des Écritures grecques chrétiennes que n’importe qui d’autre. Il reçut des visions surnaturelles (2Co 12:1-5) et, grâce à l’esprit saint, il fut capable de parler en de nombreuses langues étrangères. — 1Co 14:18. Il écrivit 21 lettres (ou épîtres).

 

 

ROMAINS POINTS PRINCIPAUX

 

Objet :

 

Lettre expliquant que la justice s’obtient, non par l’ascendance, ni grâce aux œuvres de la Loi mosaïque, mais grâce à la foi en Jésus Christ et par suite de la faveur imméritée de Dieu.

 

Rédigée vers 56 de n. è., quelque 20 ans après que les premiers Gentils furent devenus chrétiens.

 

La justice s’obtient grâce à la foi en Christ et par suite de la faveur imméritée de Dieu (1:1–11:36).

 

La foi est indispensable au salut ; l’Écriture dit : “ Le juste — par le moyen de la foi il vivra. ”

 

Les Juifs, bien qu’extrêmement favorisés par Dieu, n’ont pas pu parvenir à la justice au moyen de la Loi.

 

Les Juifs comme les non-Juifs sont sous le péché ; “ il n’y a pas de juste, pas même un seul ”.

 

Par la faveur imméritée de Dieu, tant les Juifs que les non-Juifs peuvent être déclarés justes, comme don gratuit en raison de la foi, de même qu’Abraham fut compté comme juste par suite de sa foi, avant même qu’il ne soit circoncis.

 

Les hommes ont hérité du péché et de la mort par un seul homme, Adam ; par un seul homme, Jésus, de nombreux pécheurs sont déclarés justes.

 

Cela n’autorise pas le péché ; tous ceux qui demeurent esclaves du péché ne sont pas esclaves de la justice.

 

Ceux qui étaient sous la Loi sont “ devenus des hommes qui sont morts à la Loi ” grâce au corps du Christ ; ils doivent marcher selon l’esprit, en faisant mourir les pratiques pécheresses du corps.

 

La Loi a servi à rendre les péchés manifestes ; cependant, ce n’est que par Christ qu’il est possible d’être sauvé du péché.

 

Dieu appelle ceux qui en viennent à être en union avec Christ et les déclare justes ; Son esprit témoigne qu’ils sont Ses fils.

 

Les Israélites selon la chair ont reçu les promesses, mais la plupart d’entre eux tentent de parvenir à la justice par la Loi , si bien que seul un reste d’entre eux sont sauvés ; il est nécessaire de faire la déclaration publique de sa foi en Christ pour être sauvé.

 

L’exemple de l’olivier montre comment, en raison du manque de foi de l’Israël selon la chair, des non-Israélites ont été greffés afin que l’Israël véritable puisse être sauvé.

 

Comportement envers les autorités supérieures, soi-même, autrui (12:1–15:13).

 

Présentez vos corps comme un sacrifice agréable à Dieu, renouvelez votre intelligence, utilisez vos dons au service de Dieu, faites preuve d’amour, soyez brûlants de l’esprit, endurez et continuez à vaincre le mal par le bien.

 

Soyez soumis aux autorités supérieures.

 

Aimez-vous les uns les autres ; marchez avec décence, ne faisant pas de projets pour les désirs de la chair.

 

Ne jugez pas autrui sur les questions de conscience et n’abusez pas de votre liberté chrétienne, faisant trébucher ceux dont la conscience est faible.

 

Laissez-vous guider par l’exemple du Christ en ne vous plaisant pas à vous-mêmes ; portez volontiers les faiblesses des autres, faisant ce qui est bon pour les bâtir.

 

L’intérêt empreint d’amour que Paul portait à la congrégation de Rome (15:14–16:27).

 

Paul écrit cette lettre pour accomplir sa mission d’apôtre des Gentils et afin que ces Gentils puissent être une offrande agréable à Dieu.

 

Ne disposant plus de territoire où la bonne nouvelle n’ait déjà été proclamée, Paul désire satisfaire son vif désir d’aller à Rome et, de là, en Espagne, après s’être rendu à Jérusalem porteur d’une contribution des frères de Macédoine et d’Achaïe pour les saints.

 

Paul salue de nombreux croyants par leur nom, encourageant les frères à éviter ceux qui suscitent des divisions et aussi à être sages quant à ce qui est bon.

 

 

UN CORINTHIENS POINTS PRINCIPAUX

 

Objet :

 

Lettre que Paul adressa à la congrégation de Corinthe après avoir reçu des nouvelles alarmantes à propos de dissensions et d’immoralité, ainsi qu’en réponse à des questions sur le mariage.

 

Écrite à Éphèse vers 55 de n. è.

 

Exhortation à l’unité (1:1–4:21).

 

Suivre des hommes cause des divisions.

 

Ce qui compte, c’est l’opinion de Dieu sur ce qui est sage et ce qui est sot.

 

Glorifiez-vous, non dans les hommes, mais en Jéhovah, qui fournit toutes choses par Christ.

 

Soyez des personnes mûres, spirituelles, qui comprennent que c’est Dieu qui fait croître sur le plan spirituel et que Christ est le fondement sur lequel sont bâties les personnalités chrétiennes.

 

Que nul ne se gonfle d’orgueil en pensant être meilleur que ses compagnons chrétiens.

 

Comment garder la congrégation moralement pure (5:1–6:20).

 

Excluez quiconque devient fornicateur, avide, idolâtre, insulteur, ivrogne ou extorqueur.

 

Mieux vaut être spolié que d’intenter un procès à un compagnon chrétien devant des non-croyants.

 

L’impureté morale souille le temple de Dieu, empêche d’entrer dans le Royaume.

 

Conseils relatifs au mariage et au célibat (7:1-40).

 

Il faut rendre le dû sexuel, mais avec des égards.

 

Le mariage est préférable au célibat pour ceux qui brûlent de passion.

 

Le chrétien marié ne doit pas se séparer de son conjoint non croyant ; il se peut qu’il l’aide finalement à obtenir le salut.

 

Il n’est pas nécessaire de changer de situation quand on devient chrétien.

 

Le mariage entraîne des inquiétudes supplémentaires ; le célibat peut être avantageux pour celui qui désire servir le Seigneur sans distraction.

 

Considération pour la santé spirituelle d’autrui (8:1–10:33).

 

Ne faites pas trébucher les autres en mangeant des aliments qui ont été offerts aux idoles.

 

Pour ne pas empêcher quelqu’un d’accepter la bonne nouvelle, Paul n’usa pas de son droit de recevoir une aide matérielle.

 

Prenez à cœur ce qui est arrivé à Israël dans le désert, des exemples qui servent d’avertissement — pour votre propre profit et afin de ne pas faire trébucher autrui.

 

Bien que permises, toutes choses ne bâtissent pas.

 

L’ordre dans la congrégation (11:1–14:40).

 

Respectez l’autorité chrétienne ; circonstances où les femmes doivent se couvrir la tête.

 

Respectez le Repas du Seigneur.

 

Utilisez les dons de l’esprit en reconnaissant leur origine et leur but.

 

L’amour est la voie extraordinaire.

 

Maintenez l’ordre aux réunions de la congrégation.

 

L’espérance de la résurrection est certaine (15:1–16:24).

 

La résurrection du Christ est une garantie.

 

Les chrétiens oints doivent mourir pour être relevés immortels et incorruptibles.

 

Votre labeur n’est pas vain pour ce qui est du Seigneur ; tenez ferme dans la foi.

 

 

DEUX CORINTHIENS POINTS PRINCIPAUX

 

Objet :

 

Lettre complémentaire traitant de l’action entreprise pour préserver la pureté de la congrégation, pour susciter le désir d’aider les frères de Judée et pour combattre l’influence de faux apôtres.

 

Écrite par Paul en 55 de n. è., quelques mois avant sa deuxième et dernière venue à Corinthe.

 

Souci affectueux de Paul ; position de Paul et de Timothée par rapport à leurs frères (1:1–7:16).

 

La tribulation que Paul et Timothée ont subie parce qu’ils étaient chrétiens a failli leur coûter la vie, mais la délivrance que Dieu leur a accordée peut consoler les autres.

 

Ils se sont conduits avec sainteté et une sincérité qui vient de Dieu ; ils ne dominent pas sur la foi des autres, mais sont des compagnons de travail pour leur joie.

 

La première lettre a été écrite par amour et avec bien des larmes ; maintenant il faut pardonner à l’homme qui a eu une conduite immorale et le consoler.

 

Paul et ses compagnons sont qualifiés par Dieu comme ministres de la nouvelle alliance ; les Corinthiens sont leur lettre de recommandation, écrite sur le cœur de ces ministres.

 

En accomplissant ce ministère, ils ne falsifient pas la parole de Dieu, mais prêchent Christ comme Seigneur ; cette bonne nouvelle n’est voilée que parmi ceux qui sont aveuglés par le dieu de ce système de choses.

 

Bien qu’ils résident dans des tentes terrestres, Paul et Timothée, ainsi que les Corinthiens, ont l’espérance d’habiter éternellement au ciel ; mais chacun doit être manifesté devant le tribunal du Christ.

 

Quiconque est en union avec Christ est une nouvelle création ; tous ont part au ministère de la réconciliation ; tous, en qualité d’ambassadeurs, lancent cette exhortation : “ Réconciliez-vous avec Dieu. ”

 

Paul et ses compagnons sont recommandés comme ministres de Dieu par ce qu’ils ont enduré dans leur ministère, par l’influence manifeste de l’esprit de Dieu dans leur vie.

 

Avec un cœur élargi, ils invitent leurs frères à s’élargir dans leurs affections, à ne pas former d’attelage disparate avec des non-croyants, à se purifier de toute souillure de la chair et de l’esprit.

 

Paul est grandement consolé d’apprendre qu’ils ont suivi les conseils de sa première lettre.

 

Encouragement à aider les frères de Judée dans l’adversité (8:1–9:15).

 

Les Macédoniens, quoique très pauvres, ont demandé à participer.

 

Christ est devenu pauvre afin que les Corinthiens (et d’autres) puissent devenir riches.

 

Les Corinthiens sont félicités pour leur promptitude à participer.

 

Que chacun fasse comme il l’a résolu en son cœur ; Dieu aime celui qui donne avec joie.

 

Arguments destinés à contrer l’influence des faux apôtres (10:1–13:14).

 

Réponses aux adversaires selon lesquels Paul est “ faible ”, ‘ dans le territoire qui leur appartient ’, “ inférieur ”, “ inexpérimenté quant à la parole ” et “ déraisonnable ” ; réponse à leur affirmation selon laquelle il n’est pas un apôtre comme eux du fait qu’il s’est abaissé à prendre un emploi.

 

Paul est leur égal quant à la généalogie ; il leur est supérieur sous le rapport des persécutions et des difficultés endurées pour Christ, de la préoccupation au sujet des congrégations, des visions et des signes attestant son apostolat.

 

Mettez-vous sans cesse à l’épreuve pour voir si vous êtes dans la foi.

 

 

GALATES POINTS PRINCIPAUX

 

Objet :

 

Lettre qui invite à apprécier la liberté dont les vrais chrétiens jouissent grâce à Jésus Christ.

 

Écrite une ou plusieurs années après que les Galates eurent été informés de la décision du collège central selon laquelle la circoncision n’est pas requise des chrétiens.

 

Paul défend son apostolat.

 

Paul n’a pas reçu son apostolat des hommes, mais de Jésus Christ et du Père ; il n’a pas consulté les apôtres à Jérusalem avant de commencer à annoncer la bonne nouvelle ; ce n’est que trois ans plus tard qu’il a rendu une brève visite à Céphas et à Jacques (1:1, 13-24).

 

La bonne nouvelle qu’il proclame, il ne l’a pas reçue des hommes, mais par une révélation de Jésus Christ (1:10-12).

 

À la suite d’une révélation, Paul, avec Barnabas et Tite, est allé à Jérusalem exposer la question de la circoncision ; il n’a rien appris de nouveau de Jacques, de Pierre et de Jean, mais ceux-ci ont reconnu qu’il avait reçu un apostolat en faveur des nations (2:1-10).

 

À Antioche, lorsque Pierre s’est séparé à tort des croyants non juifs par crainte de certains frères venus de Jérusalem leur rendre visite, Paul l’a réprimandé (2:11-14).

 

Quelqu’un n’est déclaré juste que par la foi en Christ, et non par les œuvres de la loi.

 

Si quelqu’un pouvait être déclaré juste par les œuvres de la loi, la mort de Christ aurait été inutile (2:15-21).

 

Les Galates ont reçu l’esprit de Dieu parce qu’ils ont accepté la bonne nouvelle avec foi, non en raison des œuvres de la loi (3:1-5).

 

Les véritables fils d’Abraham sont ceux qui ont une foi semblable à la sienne (3:6-9, 26-29).

 

Étant incapables d’observer la Loi à la perfection, ceux qui s’efforcent de prouver leur propre justice par les œuvres de la Loi sont sous une malédiction (3:10-14).

 

La Loi n’a pas invalidé la promesse associée à l’alliance abrahamique, mais elle a servi à rendre les transgressions manifestes et a été un précepteur menant à Christ (3:15-25).

 

Tenir ferme dans la liberté chrétienne.

 

Par sa mort, Jésus Christ a libéré ceux qui étaient sous la loi, leur donnant la possibilité de devenir fils de Dieu (4:1-7).

 

Retourner à l’observance des jours, des mois, des époques et des années reviendrait à redevenir esclave et à se retrouver dans une position semblable à celle de Yishmaël, le fils de la servante Agar ; avec sa mère, il a été chassé de la maisonnée d’Abraham (4:8-31).

 

Ayant été libérés du péché et n’étant plus liés par la Loi , les Galates devaient résister à quiconque les incitait à accepter le joug de l’esclavage (1:6-9 ; 5:1-12 ; 6:12-16).

 

Il ne faut pas abuser de sa liberté, mais se laisser influencer par l’esprit de Dieu, en produisant le fruit de cet esprit dans sa vie et en fuyant les œuvres de la chair (5:13-26).

 

Il faut redresser dans un esprit de douceur quiconque fait un faux pas ; mais chacun est tenu de porter sa propre charge, ses responsabilités (6:1-5).

 

Repost 0
16 mai 2006 2 16 /05 /mai /2006 13:37

Les Actes des Apôtres s’ouvrent sur la période où finissent les Évangiles. Ils constituent une suite logique des évangiles, avec l’histoire de la congrégation chrétienne à partir de sa fondation à la Pentecôte jusqu’à presque 30 années après la mort de Jésus. Ils relatent les premières années de la congrégation chrétienne, de la Pentecôte jusqu’à l’emprisonnement de Paul à Rome en 61. Ce livre parle d’Étienne, premier martyr chrétien, de la conversion de Saul, qui devient par la suite l’apôtre Paul, de l’introduction des premiers convertis gentils et des passionnants voyages d’évangélisation de Paul. Ces récits sont exaltants et ils édifient la foi.

 

 

 

 

 

Objet :

 

 

Les débuts de la congrégation chrétienne et le récit de son témoignage public zélé en dépit d’une opposition violente.

 

 

Période couverte : 33 à env. 61 de n. è.

 

 

Écrivain : Luc.

 

 

Avant de monter au ciel, Jésus charge ses disciples de témoigner de sa qualité de Messie de Jéhovah (1:1-26).

 

 

Après avoir reçu l’esprit saint, les disciples prêchent hardiment en de nombreuses langues (2:1–5:42).

 

 

Des Juifs venus de nombreux pays à Jérusalem reçoivent le témoignage dans leur langue ; environ 3 000 sont baptisés.

 

 

Pierre et Jean sont arrêtés et conduits devant le Sanhédrin ; ils déclarent sans crainte qu’ils ne cesseront pas de prêcher.

 

 

Remplis d’esprit saint, tous les disciples disent hardiment la parole de Dieu ; des multitudes deviennent croyants.

 

 

Les apôtres sont arrêtés ; un ange les libère ; conduits devant le Sanhédrin, ils déclarent : “ Nous devons obéir à Dieu, en sa qualité de chef, plutôt qu’aux hommes. ”

 

 

La persécution entraîne l’extension du témoignage (6:1–9:43).

 

 

Étienne est arrêté, donne sans crainte le témoignage, meurt en martyr.

 

 

La persécution disperse tous les disciples, sauf les apôtres ; le témoignage est donné en Samarie ; l’eunuque éthiopien est baptisé.

 

 

Jésus apparaît au persécuteur Saul ; Saul se convertit, se fait baptiser, commence son ministère zélé.

 

 

Sous la direction divine, le témoignage atteint les Gentils incirconcis (10:1–12:25).

 

 

Pierre prêche à Corneille, à sa famille et à ses amis ; ils deviennent croyants, reçoivent l’esprit saint et sont baptisés.

 

 

Le rapport que l’apôtre fait de cet épisode contribue à l’expansion parmi les nations.

 

 

Les voyages d’évangélisation de Paul (13:1–21:26).

 

 

Premier voyage : à Chypre, en Asie Mineure. Paul et Barnabas prêchent hardiment en public et dans les synagogues ; ils sont expulsés d’Antioche ; molestés par la foule à Iconium ; d’abord traités comme des dieux à Lystres, puis Paul est lapidé.

 

 

Le collège central à Jérusalem règle la question de la circoncision ; Paul et Barnabas sont chargés d’informer les croyants que la circoncision n’est pas requise des chrétiens, mais qu’ils doivent s’abstenir des choses sacrifiées aux idoles, du sang et de la fornication.

 

 

Deuxième voyage : de nouveau en Asie Mineure, puis en Macédoine et en Grèce. Paul est emprisonné à Philippes, mais le geôlier et sa famille se font baptiser ; les Juifs sèment le trouble à Thessalonique et à Bérée ; à Athènes, Paul prêche dans la synagogue, sur la place du marché, puis sur l’Aréopage ; il sert 18 mois à Corinthe.

 

 

Troisième voyage : en Asie Mineure, en Grèce. Son ministère porte du fruit à Éphèse, puis les orfèvres font du tumulte ; l’apôtre avertit les anciens.

 

 

Paul est arrêté, donne le témoignage aux autorités, est emmené à Rome (21:27–28:31).

 

 

Après avoir été malmené par la foule à Jérusalem, Paul comparaît devant le Sanhédrin.

 

 

Prisonnier, Paul rend témoignage sans crainte devant Félix, Festus et le roi Hérode Agrippa II, ainsi que sur le bateau pendant la traversée pour Rome.

 

 

Prisonnier à Rome, Paul trouve encore des moyens de parler du Christ et du Royaume.

 

 

Repost 0
11 mai 2006 4 11 /05 /mai /2006 15:25

Les vingt-sept derniers livres de la Bible , de Matthieu à l’Apocalypse ou Révélation (le “Nouveau Testament”), ont été écrits en grec et sont de ce fait appelés les “Écritures grecques chrétiennes”. Ils sont aussi classés dans un ordre logique selon la matière traitée : 1) cinq livres historiques : les Évangiles (selon Matthieu, Marc, Luc et Jean) et les Actes des Apôtres ; 2) vingt et une lettres ou épîtres ; 3) la Révélation. Les vingt et une épîtres comprennent quatorze lettres écrites par Paul (Romains, I et II Corinthiens, Galates, Éphésiens, Philippiens, Colossiens, I et II Thessaloniciens, I et II Timothée, Tite, Philémon, Hébreux) et sept autres portant le nom de leur rédacteur (Jacques, I et II Pierre, I, II et III Jean, et Jude).

 

 

 

 

POINTS PRINCIPAUX DES EVANGILES

 

 

 

 

Les quatre Évangiles (le mot “ Évangile ” voulant dire “ bonne nouvelle ”), écrits par Matthieu, Marc, Luc et Jean, donnent un quadruple récit historique de la vie et de l’activité de Jésus, chaque récit étant un compte rendu indépendant. Les trois premiers Évangiles sont parfois appelés synoptiques (d’un verbe qui signifie “ voir ensemble ”) parce que comparés avec l’Évangile de Jean ils offrent une approche relativement semblable du ministère de Jésus ; néanmoins, chacun porte la touche personnelle de son écrivain. L’Évangile de Jean ajoute certains détails omis par les trois autres.

 

 

 

 

MATTHIEU POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Récit de la vie de Jésus par l’apôtre Matthieu ; écrit au départ en pensant aux Juifs, cet Évangile démontre que Jésus est le Roi messianique prédit.

 

 

Premier Évangile à être rédigé, il fut vraisemblablement composé d’abord en hébreu environ huit ans après la mort et la résurrection du Christ.

 

 

Détails de la vie de Jésus qui accomplissent des prophéties messianiques.

 

 

Jésus naît d’une vierge à Bethléhem ; il descend d’Abraham dans la lignée de David (1:1-23 ; 2:1-6).

 

 

Les petits garçons sont tués ; il est appelé d’Égypte (2:14-18).

 

 

Il grandit à Nazareth ; Jean le baptiseur lui prépare le chemin (2:23–3:3).

 

 

Il se révèle une lumière en Galilée (4:13-16).

 

 

Il accomplit de nombreuses guérisons miraculeuses (8:16, 17).

 

 

Il aide les humbles avec joie (12:10-21).

 

 

Il enseigne à l’aide d’exemples ; le cœur de nombreuses personnes est insensible (13:10-15, 34, 35).

 

 

Jésus entre dans Jérusalem sur un ânon ; il est acclamé comme Fils de David par les foules, mais rejeté par les “ bâtisseurs ” juifs (21:1-11, 15, 42).

 

 

Judas le livre en échange de 30 pièces d’argent, argent utilisé plus tard pour acheter le champ d’un potier (26:14, 15, 48, 49 ; 27:3-10).

 

 

Ses disciples sont dispersés (26:31).

 

 

Jésus est dans la tombe pendant trois jours (12:39, 40).

 

 

Jésus proclame la bonne nouvelle du Royaume de Dieu.

 

 

Après l’arrestation de Jean, Jésus proclame : “ Le royaume des cieux s’est approché. ” (4:12-23).

 

 

Il se rend dans tous les villages et les villes de Galilée pour prêcher la bonne nouvelle du Royaume (9:35).

 

 

Il donne des instructions à ses 12 disciples et les envoie prêcher le Royaume (10:1–11:1).

 

 

Il révèle des vérités sur le Royaume, donnant les paraboles du semeur, du blé et de la mauvaise herbe, du grain de moutarde, du levain, du trésor caché dans un champ, de la perle de grande valeur, de la senne, des ouvriers dans une vigne, des deux fils, des cultivateurs méchants et du festin de mariage pour le fils d’un roi (13:3-50 ; 20:1-16 ; 21:28-41 ; 22:1-14).

 

 

Il répond à la question de ses disciples sur le signe de sa présence, annonçant entre autres que la bonne nouvelle du Royaume sera prêchée mondialement (24:3–25:46).

 

 

Jésus dénonce l’hypocrisie des chefs religieux.

 

 

Il montre que ces chefs dénaturent le but du sabbat et que leurs traditions annulent la Parole de Dieu (12:3-7 ; 15:1-14).

 

 

Il dénonce leur manque de foi, leur esprit meurtrier, leur hypocrisie et leur orgueil (12:24-42 ; 16:1-4 ; 21:43-45 ; 23:2-36).

 

 

Il dévoile leur mépris total pour la justice, la miséricorde et la fidélité (23:23, 24 ; 9:11-13).

 

 

Jésus donne de bons conseils à ses disciples.

 

 

Dans le Sermon sur la montagne, Jésus montre les raisons pour lesquelles ses disciples seraient vraiment heureux ; il les met en garde contre la colère et les exhorte à faire la paix les uns avec les autres et à aimer même leurs ennemis ; il parle du danger des pensées adultères ; il donne des conseils contre l’hypocrisie, enseigne à prier, met en garde contre le matérialisme et conseille de chercher d’abord le Royaume de Dieu et Sa justice ; il prévient ses auditeurs contre le fait d’être trop critiques, leur dit de prier constamment, et les presse de comprendre que la route qui mène à la vie est étroite et qu’ils doivent produire de beaux fruits (5:1–7:27).

 

 

Jésus encourage à l’humilité et à ne pas faire trébucher les autres ; il montre comment régler les différends (18:1-17, 21-35).

 

 

Il établit la norme chrétienne en matière de mariage et de divorce (19:3-9).

 

 

La mort et la résurrection du Fils de Dieu.

 

 

Le soir de la Pâque , Jésus institue le Mémorial de sa mort prochaine (26:26-30).

 

 

Il est livré et arrêté, et le Sanhédrin juge qu’il mérite la mort (26:46-66).

 

 

Il est interrogé par Pilate, puis il est flagellé, ridiculisé et attaché sur un poteau (27:2, 11-54).

 

 

Jésus est enterré ; il est ressuscité et apparaît à ses disciples ; il leur confie la mission d’aller et de faire des disciples de gens d’entre toutes les nations (27:57–28:20).

 

 

 

 

 

MARC POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Récit concis et rapide de la vie de Jésus, où Marc présente Jésus comme le Fils de Dieu qui opère des miracles.

 

 

Cet Évangile, le plus court des quatre, fut le troisième à être rédigé (vers 60-65 de n. è.), sans doute à l’intention des non-Juifs.

 

 

Jésus dirige une vigoureuse campagne de prédication du Royaume.

 

 

Jésus est baptisé et commence à prêcher : “ Le royaume de Dieu s’est approché. ” (1:9-11, 14, 15).

 

 

Il invite Simon, André, Jacques et Jean à abandonner la pêche et à le suivre (1:16-21).

 

 

Après avoir prêché dans la synagogue de Capernaüm, il commence à prêcher dans toute la Galilée (1:21, 22, 35-39).

 

 

Lévi, collecteur d’impôts, accepte l’invitation de Jésus à le suivre (2:14-17).

 

 

Jésus forme un groupe de 12 apôtres pour prêcher (3:13-19).

 

 

Il enseigne le Royaume de Dieu au moyen de nombreux exemples afin que seuls ceux qui en sont dignes saisissent pleinement le sens de ses paroles (4:1-34).

 

 

Lorsqu’il donne le témoignage dans son propre pays, Jésus se heurte au manque de foi (6:1-6).

 

 

Il intensifie l’activité de prédication en envoyant ses apôtres (6:7-13).

 

 

Son activité va jusqu’en Phénicie et dans la Décapole (7:24, 31).

 

 

Jésus est transfiguré dans la gloire du Royaume (9:1-8).

 

 

À l’extérieur de Jérusalem, il prophétise sur ‘ la venue du Fils de l’homme avec grande puissance et gloire ’. (13:1-37.)

 

 

Lors du Repas du Seigneur, Jésus promet à ses disciples qu’ils seront avec lui dans le Royaume (14:12-31).

 

 

Le Fils de Dieu qui opère des miracles.

 

 

Dans la synagogue, à Capernaüm, il libère un homme du démon qui le possède ; ensuite, il guérit la belle-mère de Simon et beaucoup de gens qui souffrent de diverses afflictions (1:23-34, 40-42).

 

 

En guérissant un paralytique, Jésus démontre qu’il a le pouvoir de pardonner les péchés (2:1-12).

 

 

Les malades affluent de toutes parts afin de trouver du soulagement (3:1-12).

 

 

Après avoir calmé une tempête sur la mer de Galilée, il expulse des démons d’un homme et les laisse entrer dans un troupeau de porcs (4:35–5:17).

 

 

Il guérit une femme atteinte d’un flux de sang et ressuscite la fille de Jaïrus (5:21-43).

 

 

Après avoir nourri 5 000 hommes avec deux poissons et cinq pains, Jésus marche sur la mer de Galilée balayée par le vent (6:35-52).

 

 

Il chasse un démon d’une Syro-Phénicienne et guérit un sourd qui a un empêchement de la langue (7:24-37).

 

 

Il nourrit 4 000 hommes avec sept pains ; à Bethsaïda, il rend la vue à un aveugle (8:1-9, 22-26).

 

 

Il chasse d’un garçon sourd et muet un démon qui a résisté à ses disciples ; à Jéricho, il rend la vue à un mendiant aveugle (9:14-29 ; 10:46-52).

 

 

Il maudit un figuier qui se dessèche ensuite (11:12-14, 20).

 

 

Les adversaires du Fils de Dieu échouent.

 

 

Après avoir été tenté par Satan dans le désert, Jésus est servi par des anges (1:12, 13).

 

 

Quand les scribes des Pharisiens lui font des reproches parce qu’il mange avec des collecteurs d’impôts et des pécheurs, Jésus réfute leurs accusations (2:15-17).

 

 

Par la suite, les Pharisiens reprochent à Jésus d’opérer une guérison et à ses disciples d’arracher des épis le sabbat ; les Pharisiens se rallient aux Hérodiens dans le but de le détruire (2:23–3:6).

 

 

De façon convaincante, Jésus réfute l’accusation selon laquelle il expulse les démons par le moyen de Satan (3:20-30).

 

 

Jean le baptiseur, précurseur de Jésus, est décapité, mais Jésus continue à enseigner (6:14-29, 34).

 

 

Les Pharisiens et les scribes protestent parce que ses disciples ne respectent pas leur tradition au sujet du lavement des mains ; Jésus dénonce leur hypocrisie et explique la vraie source de la souillure (7:1-23).

 

 

Les Pharisiens interrogent Jésus au sujet du divorce afin de le mettre à l’épreuve, mais sans succès (10:1-12).

 

 

Les prêtres en chef, les scribes et les anciens contestent l’autorité de Jésus après qu’il a purifié le temple, mais il les réduit au silence (11:15-18, 27-33).

 

 

Il donne la parabole de la vigne pour dévoiler l’opposition des chefs religieux à la volonté de Dieu et leur intention de le tuer ; ceux-ci cherchent à se saisir de lui, mais ont peur de la foule (12:1-12).

 

 

Les Pharisiens et les Hérodiens demandent à Jésus s’il est juste de payer des impôts à César ; les Sadducéens lui posent une question difficile au sujet de la résurrection. Aucun ne réussit à le prendre au piège (12:13-27).

 

 

Judas livre Jésus ; Jésus est arrêté et le Sanhédrin juge qu’il mérite la mort ; néanmoins, il prédit qu’il sera ‘ assis à la droite de la puissance et viendra avec les nuages du ciel ’. (14:1, 2, 10, 11, 32-65.)

 

 

On fait pression sur Pilate pour qu’il condamne Jésus à mort ; Jésus meurt sur le poteau et il est enterré (15:1-47).

 

 

Des anges annoncent la résurrection de Jésus (16:1-8).

 

 

                    

 

 

LUC POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Récit de la vie de Jésus par Luc, écrit pour confirmer la certitude des événements relatifs à la vie de Christ et d’une manière qui intéressera les gens de toutes nations.

 

 

Deuxième Évangile rédigé ; il le fut probablement entre 56 et 58 de n. è.

 

 

Événements précédant le ministère public de Jésus (1:1–4:13).

 

 

Gabriel annonce à Marie qu’elle va mettre au monde le Fils de Dieu ; à sa naissance, les anges identifient Jésus à “ Christ le Seigneur ”.

 

 

À 12 ans, Jésus interroge les enseignants au temple.

 

 

Lors de son baptême par Jean, de l’esprit saint descend sur Jésus et une voix venant du ciel dit qu’il est le Fils de Dieu.

 

 

Satan échoue après avoir essayé plusieurs fois de tenter Jésus.

 

 

Début du ministère de Jésus, surtout en Galilée (4:14–9:62).

 

 

Dans une synagogue de Nazareth, Jésus lit sa mission dans le rouleau d’Isaïe ; ses auditeurs essaient de le tuer.

 

 

Il enseigne dans une synagogue à Capernaüm, expulse un démon et guérit de nombreux malades.

 

 

On le provoque sur des questions comme le pardon des péchés et les guérisons le sabbat.

 

 

Après avoir prié toute une nuit, Jésus choisit ses 12 apôtres.

 

 

Il prononce le Sermon sur la montagne.

 

 

Il guérit l’esclave d’un officier et ressuscite le fils d’une veuve.

 

 

Jésus donne la parabole des deux débiteurs et celle du semeur ; il accomplit d’autres miracles, dont la résurrection de la fille de Jaïrus.

 

 

Les apôtres sont envoyés prêcher le Royaume de Dieu.

 

 

Pierre reconnaît en Jésus le Christ ; peu après, deux autres apôtres et lui sont témoins de la transfiguration.

 

 

Suite du ministère de Jésus, surtout en Judée et en Pérée (10:1–19:27).

 

 

Jésus envoie prêcher les 70.

 

 

Il énonce la parabole du Samaritain bienveillant.

 

 

Il apprend à ses disciples à prier, puis réfute l’accusation selon laquelle il expulse les démons par le moyen de Béelzéboub.

 

 

Jésus met ses disciples en garde contre le matérialisme et les exhorte à chercher le Royaume de Dieu ; il parle du petit troupeau et de l’intendant fidèle.

 

 

Il guérit une femme courbée en deux et répond à ceux qui lui reprochent de le faire le sabbat.

 

 

Il montre que ceux qui voudront être ses disciples devront affronter ce que cela implique.

 

 

Il expose des paraboles, notamment celle du fils prodigue et celle de l’homme riche et de Lazare.

 

 

Il déconseille vivement à ses disciples de faire trébucher autrui ; il illustre la nécessité d’être humble.

 

 

Il guérit dix lépreux, mais un seul, un Samaritain, revient le remercier.

 

 

Jésus compare les “ jours du Fils de l’homme ” aux jours de Noé et de Lot.

 

 

Il souligne de nouveau la nécessité d’être humble, surtout pour les riches, puis se rend à Jéricho, où Zachée se convertit.

 

 

Au moyen de la parabole des mines, il montre que le Royaume ne va pas venir à cette époque.

 

 

Fin du ministère public de Jésus, à Jérusalem et aux alentours (19:28–24:53).

 

 

Jésus entre à Jérusalem sur une monture, acclamé par le peuple, mais il pleure sur la ville et prédit sa désolation.

 

 

Il chasse du temple les changeurs ; puis on lui pose des questions rusées sur les impôts et la résurrection.

 

 

En prédisant la destruction du temple et la chute de Jérusalem, Jésus parle aussi de la fin des temps fixés des nations.

 

 

Il institue le Mémorial de sa mort, après quoi il est livré ; il guérit l’esclave du grand prêtre à qui Pierre a coupé l’oreille.

 

 

Arrêté, Jésus est conduit à la maison du grand prêtre, devant le Sanhédrin et chez Pilate ; puis il est envoyé à Hérode et finalement ramené à Pilate.

 

 

Jésus est attaché sur un poteau ; il parle du Paradis à un malfaiteur pendu avec lui ; quand il meurt, il se fait des ténèbres sur la terre et le rideau du sanctuaire se déchire par le milieu.

 

 

Son corps est enterré, mais dans les trois jours Jésus ressuscité apparaît à ses disciples.

 

 

Finalement, Jésus commence son ascension sous leurs yeux.

 

 

                   

 

 

 JEAN POINTS PRINCIPAUX

 

 

Objet :

 

 

Récit de la vie de Jésus, par l’apôtre Jean, autour de ce thème : Jésus est le Christ le Fils de Dieu, par le moyen de qui la vie éternelle est possible.

 

 

Écrit aux environs de 98 de n. è., plus de 30 ans après le dernier des trois autres Évangiles et 65 ans après la mort de Jésus.

 

 

La Parole devient chair et est identifiée à l’Agneau de Dieu, au Fils de Dieu et au Christ (1:1-51).

 

 

La Parole , qui était au commencement avec Dieu, réside parmi les hommes, mais est rejetée par son peuple ; ceux qui l’acceptent reçoivent le pouvoir de devenir enfants de Dieu.

 

 

Jean le baptiseur atteste que Jésus est le Fils de Dieu et l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.

 

 

André et d’autres après lui acquièrent la conviction que Jésus est le Christ.

 

 

Les miracles et la prédication de Jésus démontrent qu’il est le Christ, par le moyen de qui on peut obtenir la vie éternelle (2:1–6:71).

 

 

Jésus change de l’eau en vin à Cana.

 

 

Il dit à Nicodème que Dieu a envoyé son Fils unique-engendré pour que ceux qui ont foi aient la vie éternelle.

 

 

Il parle à une Samaritaine de l’eau spirituelle qui communique la vie éternelle, et il se fait connaître comme le Christ.

 

 

Jésus accomplit des guérisons miraculeuses ; les Juifs protestent quand une guérison a lieu le sabbat, et ils veulent le tuer.

 

 

Proclamant que ceux qui le croient ont la vie éternelle, Jésus prédit la résurrection de tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir.

 

 

Il nourrit miraculeusement environ 5 000 hommes ; quand la foule veut le faire roi, il se retire ; quand les gens continuent à le suivre, il explique qu’il est le pain descendu du ciel et leur dit qu’ils devront manger sa chair et boire son sang pour avoir la vie éternelle.

 

 

L’hostilité envers le Fils de Dieu s’intensifie (7:1–12:50).

 

 

Bien que les prêtres en chef et les Pharisiens cherchent à se saisir de lui, Jésus prêche hardiment dans l’enceinte du temple.

 

 

Jésus déclare qu’il est la lumière du monde et que la vérité peut rendre libres ses auditeurs, mais ils tentent de le lapider.

 

 

Un sabbat, Jésus guérit un homme aveugle de naissance ; les Pharisiens sont furieux.

 

 

Jésus explique qu’il est l’excellent berger et que ses brebis écoutent sa voix ; les Juifs tentent de nouveau de le lapider.

 

 

La résurrection de Lazare remplit de crainte les chefs religieux juifs ; ils décident que Jésus et Lazare doivent tous deux mourir.

 

 

Jésus entre à dos d’âne à Jérusalem ; la foule, à l’exception des Pharisiens, l’acclame comme Roi.

 

 

Lors de la dernière Pâque, Jésus donne d’ultimes conseils à ses disciples (13:1–17:26).

 

 

Il leur lave les pieds pour leur enseigner l’humilité et donne “ un commandement nouveau ” : ils doivent s’aimer les uns les autres comme il les a aimés.

 

 

Il explique qu’il est le chemin, la vérité et la vie ; il promet d’envoyer l’esprit saint à ses disciples après son départ.

 

 

Pour porter du fruit, ses disciples doivent rester en union avec lui, la vraie vigne ; mais ils seront persécutés.

 

 

Jésus prie pour ses disciples et rend compte de sa mission à son Père, disant qu’il a achevé l’œuvre qui lui était assignée, qu’il a manifesté Son nom.

 

 

Jésus est arrêté, rejeté par la nation juive et attaché sur un poteau (18:1–19:42).

 

 

Jésus est arrêté à Gethsémané ; on le conduit devant Anne, Caïphe, puis Pilate.

 

 

Il dit à Pilate que Son royaume ne fait pas partie de ce monde.

 

 

Les efforts de Pilate pour le relâcher ayant échoué, Jésus est attaché sur un poteau et meurt.

 

 

Joseph d’Arimathée et Nicodème s’occupent de son enterrement.

 

 

Avec les faits relatifs à la résurrection de Jésus, Jean conclut son argumentation visant à prouver que celui-ci est le Christ (20:1–21:25).

 

 

Marie la Magdalène puis le reste des disciples (y compris Thomas) voient Jésus.

 

 

Il accomplit un dernier miracle en Galilée, en procurant une pêche miraculeuse, puis il donne cette instruction : “ Fais paître mes petites brebis. ”

 

 

Repost 0
1 février 2006 3 01 /02 /février /2006 19:45

Quand on évalue la durée de certaines périodes bibliques selon des méthodes de datation modernes, il ne faut pas oublier la différence entre les nombres cardinaux et les nombres ordinaux. Les nombres cardinaux, comme 1, 2, 3, 10, 100, etc., sont des nombres entiers. Par contre, quand on emploie des nombres ordinaux, tels que 3e, 5e, 22e, il est nécessaire de retrancher un pour obtenir le nombre entier. Par exemple, quand il est question de “ la dix-huitième année de Neboukadretsar ”, “ dix-huitième ” est un numéral ordinal. Il représente 17 années complètes plus quelques jours, quelques semaines ou quelques mois (selon le temps qui s’est écoulé depuis la fin de la 17e année). — Jr 52:29.

 

 

 

Quand on calcule un nombre d’années à partir d’une date de calendrier dans la période “ avant notre ère ” jusqu’à une date dans la période “ de notre ère ”, il faut se rappeler qu’entre une date comme le 1er octobre de l’an 1 av. n. è. et le 1er octobre de l’an 1 de n. è. il ne faut compter qu’un an, pas deux.

 

 

 

Cela s’explique par le fait que les chiffres donnés pour les années sont des nombres ordinaux. Par conséquent, entre le 1er octobre de l’an 2 av. n. è. (date approximative de la naissance de Jésus) et le 1er octobre 29 de n. è. (date approximative de son baptême), il y a au total 30 années, soit une année complète et 3 mois dans la période avant notre ère plus 28 années entières et 9 mois dans notre ère. — Lc 3:21-23.

 

 

 

De la création de l’humanité jusqu’à aujourd’hui.

 

 

 

La Bible , présente une histoire cohérente qui permet un calcul méthodique remontant jusqu’au commencement de l’histoire humaine, calcul qui est facilité par le fait que la Bible parle de certaines longues périodes, par exemple les 479 années complètes entre l’Exode et le début de la construction du temple sous le règne de Salomon. — 1R 6:1.

 

 

 

Pour faire ce calcul en fonction du calendrier actuel, il faut partir d’un point fixe, d’une date pivot, c’est-à-dire d’une date historique suffisamment confirmée pour être acceptée et à laquelle correspond un événement particulier rapporté dans la Bible.

 

 

 

L’an 29 de n. è. est une telle date, reconnue tant par la Bible que par l’histoire profane. Les premiers mois de cette année-là appartenaient à la 15e année de Tibère César, qui fut nommé empereur par le sénat romain le 15 septembre 14 de n. è. (calendrier grégorien.) C’est en 29 que Jean le baptiseur commença à prêcher et que, peut-être environ six mois plus tard, il baptisa Jésus. — Lc 3:1-3, 21, 23 ; 1:36.

 

 

 

Une autre date qui peut servir de date pivot est l’année 539 av. n. è. qui, selon diverses sources historiques, est l’année du renversement de Babylone par Cyrus le Perse. (Au nombre des sources profanes traitant du règne de Cyrus figurent Diodore, Africanus, Eusèbe et Ptolémée, ainsi que des tablettes babyloniennes.) Dans la première année de son règne, Cyrus promulgua un décret qui libérait les Juifs exilés. Comme le montre l’article CYRUS, ce décret fut très probablement édicté en hiver 538 ou au printemps 537, ce qui laissa le temps aux Juifs de faire les préparatifs nécessaires, d’effectuer le voyage de quatre mois jusqu’à Jérusalem et d’y arriver au septième mois (Tishri, soit vers le 1er octobre) de l’année 537 av. n. è. — Ezr 1:1-11 ; 2:64-70 ; 3:1.

 

 

 

En se servant de ces dates pivots, il est possible maintenant d’assortir à un très grand nombre d’événements bibliques des dates précises du calendrier. Voici les grandes lignes de cette chronologie :

 

 

 

   

 

 

 

EVENEMENT

 

 

 

DATE DU

 

 

 

CALENDRIER

 

 

 

TEMPS ENTRE LES EVENEMENTS

 

 

 

Création d’ADAM

 

 

 

4026

 

 

 

Avant notre ère

 

 

 

 

 

 

Déluge

 

 

 

2370

 

 

 

Avant notre ère

 

 

 

1656 ans

 

 

 

Validation alliance Abrahamique

 

 

 

1943

 

 

 

Avant notre ère

 

 

 

427 ans

 

 

 

Exode

 

 

 

1513

 

 

 

Avant notre ère

 

 

 

430 ans

 

 

 

Début construction du temple

 

 

 

1034

 

 

 

Avant notre ère

 

 

 

479 ans

 

 

 

Scission du Royaume

 

 

 

997

 

 

 

Avant notre ère

 

 

 

37 ans

 

 

 

Désolation de Juda

 

 

 

607

 

 

 

Avant notre ère

 

 

 

390 ans

 

 

 

Retour d’Exil

 

 

 

537

 

 

 

Avant notre ère

 

 

 

70 ans

 

 

 

Reconstruction murailles de Jérusalem

 

 

 

455

 

 

 

Avant notre ère

 

 

 

82 ans

 

 

 

Baptême de Jésus

 

 

 

29

 

 

 

De notre ère

 

 

 

483 ans

 

 

 

Epoque actuelle

 

 

 

2006

 

 

 

De notre ère

 

 

 

1977 ans

 

 

 

Temps total entre la création d’Adam et aujourd’hui

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6031 ans

 

 

 

Repost 0
1 février 2006 3 01 /02 /février /2006 18:48

Mais sur quelles bases bibliques et, dans certains cas, selon quelles sources profanes cette chronologie a-t-elle été établie ? Voici des détails supplémentaires sur la façon dont la durée de chacune des grandes périodes énumérées plus haut a été déterminée.

 

 

 

 

De la création d’Adam au déluge. Les 1 656 années de cette période sont données en Genèse 5:1-29 et 7:6, et elles peuvent être décomposées comme l’indique le tableau ci-après.

 

De la création d’Adam Jusqu’à Seth

 

 

130 ans

 

 

Puis jusqu’à la naissance d’Énosh                     

 

 

105 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Qénân                          

 

 

90 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Mahalalel                      

 

 

70 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Yared                           

 

 

65 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Hénok                         

 

 

162 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Methoushélah                   

 

 

65 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Lamek                         

 

 

187 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Noé                            

 

 

182 ans

 

 

Jusqu’au déluge                             

 

 

600 ans

 

 

Total

 

 

1656 ans

 

 

 

 

  De 2370 av. n. è. à l’alliance avec Abraham. Les grandes lignes de cette période peuvent être résumées comme suit et fondés sur Genèse 11:10 à 12:4. L’expression “ après le déluge ” (Gn 11:10), utilisée pour situer la naissance d’Arpakshad, se rapporte logiquement à la chute effective des eaux qui marqua le début du déluge (2370 av. n. è.) plutôt qu’à l’inondation de la terre qui dura un certain temps après. C’est ce qu’indique également le mot hébreu traduit par “ déluge ”. — Voir Gn 6:17 ; 7:4-6, 10-12, 17 ; 9:11.

 

Du commencement du déluge jusqu’à la naissance d’Arpakshad

 

 

2 ans

 

 

Puis jusqu’à la naissance de Shélah                    

 

 

35 ans

 

 

Jusqu’à la naissance d’Éber                            

 

 

30 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Péleg                        

 

 

34 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Réou                         

 

 

30 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Seroug                      

 

 

32 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Nahor                        

 

 

30 ans

 

 

Jusqu’à la naissance de Térah                        

 

 

29 ans

 

 

Jusqu’à la mort de Térah, alors qu’Abraham avait 75 ans

 

 

205 ans

 

 

Total

 

 

427 ans

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0